NBA – « Damn, je veux être tradé là-bas, je veux perdre avec eux ! »

La superstar NBA des Los Angeles Clippers, Kawhi Leonard, montre un visage incrédule
Sean M. Haffey

Généralement, les demandes de trade en NBA sont effectuées par un joueur en manque de victoires dans son équipe actuelle. Néanmoins, le scénario inverse a parfois pu être envisagé, comme cela a pu être le cas chez une ancienne star de la ligue !

Publicité

Tandis que la trade deadline approche, les dernières demandes de transfert ne devraient pas tarder à voir le jour. Chaque année, quelques superstars, face aux résultats décevants de leur franchise, estiment que leur talent mériterait de s’exprimer dans un meilleur environnement. Rares sont en effet les joueurs bénéficiant de temps de jeu qui souhaitent rejoindre une équipe perdante.

Ce genre de décision peut cependant être pris dans une volonté de se rapprocher de sa famille, ou pour d’autres raisons extra-sportives. Dans le cas de Baron Davis, c’est bien pour un motif purement basket qu’il aurait aimé rejoindre une franchise en perdition durant ses jeunes années. C’est ce qu’il révélait lors d’une apparition dans le podcast Knuckleheads, en 2019.

Publicité

Vous étiez tous là à vous la péter ! Vous étiez tous là à perdre, mais en vous amusant, en crossant des gars et en claquant des alley-oops. Vous faisiez paraitre la défaite amusante ! J’arrêtais pas de me dire : « Damn, je veux être tradé là-bas et perdre avec ces idiots ! » Moi j’étais là, à jouer un basket basique, alors que vous… Vous vous faisiez détruire ! (Rires) »

Publicité

En s’adressant à Quentin Richardson et Darius Miles, c’est bien des Clippers dont parle l’ancien meneur star de Golden State. Joueur des Hornets au début des années 2000, Davis observait de loin les piètres résultats de LA. À l’époque menée par Lamar Odom, Elton Brand ou encore un jeune Corey Maggette, l’équipe ne parvenait pas à dépasser la barre des 40 victoires.



Pourquoi ? Car le souci principal des Clips n’était pas le talent pur de leur roster, mais plutôt, dans la plus pure tradition du début des 2000s, de faire le show avec des moves humiliants pour l’adversaire. Le problème, c’est que cette ligne de conduite ajoutée à l’inexpérience qui régnait dans le vestiaire n’était pas franchement un bon cocktail. Richardson résume ce tableau avec une métaphore des plus parlantes.

Publicité

C’était comme si tout le monde était sur la ligne de départ, prêt à partir, et faisait des faux départs parce qu’il y avait trop d’envie ! On était au moins 5 ou 6 à jouer notre première ou deuxième année dans la ligue, et 3 à être dans notre saison rookie. On avait la dalle !

Cette fougue leur a notamment permis de terminer la saison 2001-02 aux portes du Top 8 de la conférence Ouest, mais ne s’est jamais révélée suffisante pour accéder aux playoffs. Malgré cela, par leur simple goût du show, Q-Rich, D-Miles et consorts ont réussi à faire saliver un Baron Davis admiratif devant leurs performances.

Publicité

Vous vous foutiez de gagner ou de perdre. Vous veniez sur le parquet, vous faisiez le show, vous étiez jeunes, et vous obteniez votre respect ! Vous avez gagné le respect de tout le monde. Franchement, vous étiez bons. La seule raison pour laquelle vous perdiez, c’est parce que vous étiez jeunes.

Plutôt que de venir renforcer les Clippers, Baron Davis a finalement décider de rejoindre les rivaux régionaux des Warriors en 2005. Un point de chute différent, mais qui lui a bien permis de jouer un basket attractif au bout du compte.

Déclarations Los Angeles Clippers NBA 24/24

Feed NBA 24/24