Publicité

NBA – L’offre gigantesque qu’a failli accepter Jordan pour quitter les Bulls

Michael Jordan chez les Bulls
(DR)

Pour beaucoup, la carrière de Michael Jordan aurait dû s’arrêter en 1998, sous le maillot des Bulls. Mais avant que His Airness ne brise le mythe et revienne dans la ligue à Washington, il aurait très bien pu porter un autre maillot… en 1996. Et pas n’importe lequel.

Publicité

Losing team par excellence avant 1984, les Bulls ont vu leur renommée et leur héritage transformés par un certain Michael Jeffrey Jordan. « Simple » numéro 3 de Draft, le produit de North Carolina s’est rapidement affirmé comme l’un des meilleurs joueurs de la ligue, puis de l’histoire. Entretemps, il est parvenu à offrir les 6 titres de champion que la franchise possède toujours aujourd’hui.

Il n’est dès lors pas étonnant de voir MJ associé de manière irrévocable à Chicago, d’autant plus au vu de la faible réussite qu’il a rencontrée aux Wizards, entre 2001 et 2003. Mais avant d’effectuer cette parenthèse évitable dans la capitale, il était à deux doigts, durant l’été 1996, de rejoindre… les Knicks. C’est ce que révélait à l’époque Sam Smith, comme l’a dernièrement rappelé Anthony Olivieri dans les colonnes d’ESPN.

Publicité

Smith, auteur du best seller du New York Times « The Jordan Rules », a rapporté dans le Chicago Tribune en 1997 que ITT Corporation, qui possédait aussi bien les Knicks que les hôtels Sheraton, souhaitait tenter un coup sans précédent. Smith a déclaré qu’ITT aurait pu proposer 15M$ à Jordan, qui serait devenu le visage d’une chaîne d’hôtels nationale.



Outre le contrat qu’aurait pu présenter le front office de New York au MVP des Finales en titre, ce dernier aurait donc reçu un bien joli chèque pour arrondir ses fins de mois. Cette proposition a d’ailleurs fait longuement réfléchir David Falk, l’agent de Mike, qui a enchainé les coups de fil avec Jerry Reinsdorf, le propriétaire des Bulls, et Dave Checketts, le président du Madison Square Garden. Olivieri raconte :

Publicité




Après que Falk a fini son appel avec Reinsdorf, sachant que le deal n’était pas encore acté, et après qu’il a parlé avec Checketts, il est revenu vers Reinsdorf, qui savait désormais ce qu’il devait faire pour conserver le meilleur joueur de la ligue. Il savait que son offre devait commencer par un « 30 ». Donc c’est là que le deal s’est fait ; la free agency a débuté le soir du 11 juillet, et Jordan et les Bulls sont tombés d’accord sur un contrat d’un an, à 30.14 millions de dollars le 12 juillet.

La tentative des Bulls n’aurait-elle dès lors été qu’un moyen de pression aux yeux de Jordan ? Pas vraiment, au vu de ce qu’affirme His Airness dans le mémoire de Spike Lee, Best Seat in the House.

New York était tout près. Les Bulls – tout ce qu’ils avaient à faire, c’était de foirer.

Publicité

Au lieu de réaliser un second three-peat, Michael Jordan était donc tout proche de rejoindre Patrick Ewing aux Knicks. La frénésie dans la Big Apple si ce scénario avait vu le jour a de quoi faire rêver les fans new-yorkais…

Feed NBA 24/24