Publicité

NBA – Dennis Rodman reçoit l’honneur ultime d’une légende

Dennis Rodman a subi l'une des pires blessures imaginables pour un homme
The Chronical Herald (DR)

Personne farfelu au grand coeur, Dennis Rodman est malgré tout sensible à ce qui est dit à son propos. Ca tombe bien : une légende vient de lui accorder un immense honneur, et on imagine que ça fera chaud au coeur à l’ancien des Bulls.

Publicité

D’abord comme jeunot à Détroit puis comme figure excentrique faite d’excès et de dérapages en tous genres, Dennis Rodman a marqué l’histoire de la NBA et empilé les bagues comme peu de joueurs y sont parvenus dans l’histoire. Près de 20 ans après sa retraite, personne n’a d’ailleurs pris la « succession » de D-Rod, profil archi-atypique, petit pour un ailier-fort mais incroyable rebondeur, et totalement désintéressé par le scoring.

Autre aspect de l’ex-Bull, bien plus méconnu cette fois-ci : sa sensibilité. Plusieurs de ses coéquipiers louent sa gentillesse, ses attentions, et estiment qu’il s’est en fait construit une carapace dans les année 1990, bien loin de ce qu’il est réellement. Une chose est sûre : Rodman attache de l’importance à ce que les gens disent de lui.

Publicité

Les mots très forts d’Alex English pour Dennis Rodman

Ca tombe bien, puisque la légende Alex English, l’un des tous meilleurs scoreurs de l’histoire, vient de rendre un bel hommage au quintuple champion NBA. Invité d’un podcast, l’octuple All-Star a tenu les propos suivants :

Il faut que vous vous rappeliez que j’ai joué à une ère où quasi tous les joueurs de la liste des 50 de 1996 jouaient. Je jouais poste 3, et j’avais chaque soir en face de moi un probable futur Hall of Famer. Je parle par exemple de Dominique Wilkins, George Gervin, James Worthy et consorts.



Le meilleur joueur qui m’ait jamais défendu est probablement Dennis Rodman. Lui il voulait seulement défendre et prendre des rebonds, et moi j’étais surtout un attaquant, donc il y avait un clash de style. Je devais marquer sur lui, et il devait me stopper. La plupart du temps, avec mon premier pas je courrais plus vite que les autres, j’étais un joueur très fluide. Avec lui ? Impossible, il ne me lâchait pas d’un pouce.

Publicité




Le compliment est beau pour Dennis Rodman, surtout venant d’un scoreur d’élite de la sorte. Pour la petite histoire, personne n’a marqué plus de points en NBA entre 1979 et 1993 qu’Alex English. Voilà qui situe le bonhomme.

Publicité

Dennis Rodman a le respect de ses pairs, qu’il en soit assuré. Cette déclaration d’Alex English ne fait que le confirmer un peu plus.

Déclarations Dennis Rodman NBA 24/24

En direct : toute l'actu NBA