NBA – Après la défaite, Patrick Beverley tacle méchamment Rudy Gobert !

Après la défaite, Patrick Beverley tacle méchamment Rudy Gobert !
NBA (DR)

Même si les Wolves ont pris une méchante fessée ce mercredi soir contre le Jazz, Patrick Beverley n’avait pas envie de se taire. Le meneur s’en est pris à Rudy Gobert, en remettant notamment en cause son statut de multiple meilleur défenseur de l’année…

Publicité

Une raclée, c’est le terme à employer pour désigner la rencontre opposant les Wolves au Jazz ce mercredi soir. Il y a eu du suspense pendant deux quarts-temps, avant de voir les coéquipiers de Rudy Gobert faire cavaliers seuls et s’adjuger facilement la partie. Résultat ? Un run 35-22 d’abord, puis une victoire aisée pour Utah, sur le score de 136-104.

Rien d’incroyable à noter dans cette partie, qui a pris une triste tournure pour les fans de Minnesota. Ces derniers en voudront d’ailleurs à Rudy, puisqu’il a fait annuler un panier à la suite d’un geste de colère (à revoir ici). Néanmoins, c’est surtout Patrick Beverley qui a fait parler de lui.

Publicité

Rudy Gobert doit-il défendre le meilleur joueur adverse ?

En tant que DPOY, le Frenchie a logiquement une certaine réputation au sein de la ligue. Défendre le meilleur joueur ? Ça paraît logique, mais ce n’est pas forcément la meilleure tactique. Contre les Wolves, le pivot a donc défendu… Jarred Vanderbilt, et non Karl-Anthony Towns. De quoi énerver Beverley.



Si je suis le défenseur de l’année, je cherche toujours à défendre le meilleur joueur adverse, qu’importe l’issue. Je ne m’enfuis pas. Ce n’est pas un manque de respect pour Royce O’Neal ou quelqu’un d’autre dans leur équipe, mais je suis le DPOY, je ne défends pas Royce O’Neal. Je vais défendre Mike Conley, Donovan Mitchell, ou Bogdanovic. Tu as Rudy Gobert qui défend Vanderbilt sur le parquet. Et à chaque fois j’entends qu’il est le défenseur de l’année. Donc euh, ouais, peu importe.

Publicité

Dans cette situation, il y a toujours deux écoles : ceux qui pensent que le DPOY doit défendre le meilleur attaquant adverse, et les autres, qui estiment que la tactique doit prendre le dessus. Est-ce que Rudy est plus utile en défendant Vanderbilt, ou bien Towns ? Son coach a choisi la première option.

On imagine que le Français ne serait pas contre défendre KAT, même s’il a connu des difficultés face à des adversaires prestigieux dans ses derniers duels. Sachez en tout cas que le pivot des Wolves a terminé à 22 points à 7/11 au tir, mais le Jazz a gagné aisément cette partie… et c’est bien là l’essentiel pour Gobert et ses collègues du Jazz.

Publicité

Patrick Beverley est clair : Rudy Gobert doit défendre les meilleurs joueurs, du moins s’il veut prétendre au titre de (vrai) meilleur défenseur de l’année. Voilà qui pourrait relancer le débat autour du Français, qui n’a pas répondu à ces attaques.

En direct : toute l'actu NBA