NBA – Le père d’une pépite se lâche : « Mon fils déprimait quand il jouait pour eux »

NBA Damian Lillard pousse une gueulante
NBA / Youtube

Embarquée dans un gros marasme sportif actuellement, la franchise de Portland doit en plus subir des attaques provenant des camps d’anciens de la maison. Gary Trent, ex-joueur NBA a ainsi pris la parole concernant son rejeton… et il n’a pas mâché ses mots, loin de là.

Publicité

Drafté par les Blazers en 2018, Gary Trent Jr. n’y est resté que deux ans et demi avant d’atterrir à Toronto. Et à en croire l’entourage du guard, c’était carrément la meilleure chose qui pouvait lui arriver. De passage sur une radio canadienne, son père a ainsi révélé que le temps qu’il avait passé dans l’Oregon n’avait pas été loin d’un calvaire. Lui-même ex-membre de Portland, Gary Trent a affirmé que le garçon formé à Duke était alors proche de l’effondrement mental :

Mon fils jouait avec tant de douleur, et mon fils était si déprimé, si abattu et si triste à Portland, que le regarder jouer me faisait mal. Je savais que mon fils ne se sentait pas lui-même, qu’il ne jouait pas son jeu, qu’il subissait beaucoup de pression négative due aux déclarations négatives des gens du front-office.

Publicité

Gary Trent Jr. malheureux lors de son passage à Portland

Des propos à glacer le sang concernant l’ancienne pépite de Rip City, qui avait pourtant commencé à se révéler aux yeux de tous au cours de la saison 2020-21, sa troisième sur place. Tournant à 15 points de moyenne, il a été tradé à la première occasion aux Raptors pour Norman Powell… qui vient de faire ses valises pour les Clippers. Une décision qui a étonné beaucoup de monde et a remis en cause la pertinence de son arrivée en premier lieu. Trent senior fait partie de ces personnes, et n’a pas hésité à critiquer le manque de vision des dirigeants locaux :



Ils n’ont pas vraiment de plan d’avenir, et je ne pense pas qu’ils aient pris les bonnes décisions là-bas. Mon fils a cinq, six ans de moins que Norman Powell, ce qui signifie qu’il avait beaucoup plus de temps et beaucoup plus d’opportunités devant lui. Pour moi, les Raptors ont gagné ce deal, et Dieu soit béni que mon fils ait gagné sur ce deal pour avoir une meilleure opportunité.

Publicité

Sur le plan sportif, il est clair que le fiston est ressorti bénéficiaire de l’échange. Il est titulaire indiscutable dans le Canada, au sein d’une franchise en reconstruction suite au départ de Kyle Lowry. Avec plus de 18 points de moyenne (40% de loin), il s’est établi comme l’un des meilleurs shooteurs du circuit et semble s’éclater sur les parquets. De bon augure pour lui comme pour les Dinos, qui ont fait là une très belle affaire.

Cependant, au-delà des performances, c’est l’état d’esprit affiché par le jeune joueur qui rassure son père. Comme l’explique ce dernier, il revit dans l’Ontario. De quoi apaiser ses proches qui s’inquiétaient pour lui :

Quand je rends visite à mon fils à Toronto, il est beaucoup plus heureux mentalement et spirituellement, et il sourit davantage. Il a hâte d’aller à l’entraînement, il a hâte d’aller aux matchs, et je peux voir l’amour du jeu renaître en lui.

Publicité

Ce doit être d’autant plus enrageant pour Gary Trent senior qu’il a lui-même fait ses débuts aux Blazers, à l’époque. Voir son fils passer des moments aussi compliqués dans l’Oregon l’a donc logiquement fait dégoupiller, la franchise affichant une gestion du personnel très discutable.

Déclarations NBA 24/24 Portland Trail Blazers

Toute l'actu NBA