EDF – Une Française cash : « On est dans la merde »

Une joueuse de l'équipe de France n'a pas fait dans le détail au moment de réagir à la défaite des Bleues face à la Serbie, ce mardi, synonyme de quart de finale très compliqué
FIBA (DR)

Vaincues par la Serbie pour leur dernier match de groupe, les Bleues connaissaient les risques qu’elles encourraient en cas de défaite. Risques qui se sont malheureusement confirmés, et qu’a déplorés l’une des joueuses de Jean-Aimé Toupane.

Publicité

Même si leur ticket pour les quarts de finale était déjà garanti, elles ne pouvaient pas pour autant se reposer en attendant le début des phases à élimination directe. En effet, les Bleues pouvaient encore espérer terminer à la deuxième place de leur groupe en cas de victoire face à la Serbie, ce mardi, et ainsi avoir droit à un tirage au sort plus favorable pour la suite. Une source de motivation qui ne s’est pas révélée suffisante.

Défaites, les Françaises affronteront un gros en quarts

Une nouvelle fois dominée au rebond (25-44, 16 rebonds offensifs concédés), l’équipe de France s’est montrée incapable de prendre le dessus sur les Serbes, et a fini par logiquement s’incliner (62-68). Auteure d’un nouveau match complet (8 points, 3 rebonds, 4 passes, 2 interceptions), la capitaine Sarah Michel a évidemment regretté ce résultat, qu’elle ne perçoit cependant pas comme une fatalité. L’Équipe rapporte :

Publicité

Cette équipe fait tout pour ne rien lâcher, accrocher des victoires. On bat des grosses équipes, le Japon, l’Australie… C’est rageant de perdre contre la Serbie. Quelques détails font la différence. On apprend comme ça aussi, il ne faut pas oublier qu’on a moins d’expérience.

Un apprentissage certes nécessaire pour une si jeune équipe, mais également coûteux.



En effet, ce dernier match de poule revêtait un enjeu de taille pour la Berruyère et ses coéquipières. En cas de revers, ces dernières devaient alors espérer une victoire du Japon face à l’Australie pour s’éviter un quart de finale face… à Team USA ou la Chine. Sans surprise, les Opals ont cependant remporté cette rencontre (71-54), ce qui complique sérieusement la tâche des Bleues. D’ailleurs, Alexia Chartereau ne s’y trompe pas :

Publicité

On est forcément déçues. (…) On savait que la Serbie allait nous agresser, nous taper… On a répondu présentes un peu trop tard. On ne doit pas arriver à -5 à la mi-temps et ça nous met dedans. À chaque fois on est revenues, à chaque fois on a essayé de se battre, et ça, c’est quelque chose de positif. Mais avec cette défaite, on est dans la merde pour la suite. À nous de nous en sortir. On s’est mises dedans toutes seules.

Leur tâche s’avère toutefois extrêmement relevée, voire impossible. Impériales depuis le début du Mondial, les Américaines sortent d’un succès de 62 points face à la Bosnie-Herzégovine (121-59), et avaient avant cela étrillé la Corée du Sud (145-69). Les Chinoises ont elles fait preuve d’une domination similaire, simplement battues par Team USA (63-77). Cela promet donc quoi qu’il arrive du lourd pour les joueuses de Jean-Aimé Toupane !

Publicité

En attendant le tirage au sort des quarts de finale, ce mardi après-midi, les Françaises savent qu’elles auront à coup sûr fort à faire pour accéder aux demies. Mais comme le dit si bien Alexia Chartereau, elles ne peuvent s’en prendre qu’à elles-même !

Les Bleues NBA 24/24

Toute l'actu NBA