UFC – Cédric Doumbé révèle l’histoire dingue derrière son premier combat annulé !

UFC L'histoire folle du combat annulé de Doumbé
@danawhite / @cedricdoumbe

Prêt à en découdre avec les plus grandes stars du MMA, Cédric Doumbé n’a toutefois pas encore lancé sa carrière à l’UFC. Mais selon ses propres paroles, ce n’est pas de son fait. Le combattant est revenu sur l’annulation de son premier combat dans la ligue, dévoilant une histoire assez ahurissante à ses fans. Le récit est captivant.

Publicité

À l’origine, Cédric Doumbé devait faire ses grands débuts à l’UFC en septembre dernier, du côté de Paris. Sauf que le combat de « The Best » avait été annulé à cause du règlement de la fédération française de MMA, ainsi que des rumeurs selon lesquelles des raisons médicales l’auraient poussé à reporter son entrée dans l’octogone. C’est en fait un peu plus compliqué que ça, comme la star du kick-boxing l’a récemment dévoilé sur sa chaîne Youtube (dans une géniale vidéo à retrouver en intégralité ici). L’histoire, qu’on vous partage ci-dessous, est assez dingue.

10 ans plus tard, Cédric Doumbé rattrapé par son passé

Cédric Doumbé : Je vais faire plein de visites médicales comme avant chaque combat, et parmi ces visites médicales, il a fallu que j’aille faire une IRM. Je suis allé dans un hôpital parce que j’étais vraiment dans le rush, il fallait que je parte en Irlande et que je m’entraîne et je ne voulais pas aller faire une IRM en Irlande parce que j’allais galérer, j’avais pas la sécu là-bas… Donc voilà, je voulais vraiment faire ça ici. Donc je suis allé en speed dans un hôpital de confiance, j’ai fait l’IRM mais c’était un infirmier de garde. Il m’a dit qu’il m’enverrait les résultats par mail, tout était nickel. 

Publicité

Donc là je décolle pour l’Irlande, je m’entraîne et y’avait des discussions, c’était un peu la galère parce que ma team discutait avec l’UFC, et c’était galère avec le nombre de combats, on cherchait un adversaire, mais mon combat n’était pas annulé. On me cherchait juste un adversaire. Et là au dernier moment, je reçois un message de mon manager qui me dit : « L’UFC c’est mort, t’as vu l’IRM ? » Entre-temps, j’avais reçu les résultats de l’IRM mais tout ce que j’ai fait, c’est les transférer. Je lui ai dit non et il m’a répondu « bah regarde l’IRM, apparemment t’as un traumatisme crânien, un épanchement sanguin ». Alors je prends l’IRM, je regarde et là en effet, le médecin avait écrit qu’il y avait un épanchement sanguin, un traumatisme crânien, un truc grave et dangereux quoi. 



Du coup l’UFC, ils n’ont pas voulu prendre de risques et ils ont dit « c’est mort, on peut pas accepter ». Même à la commission, personne ne peut accepter ça. Une hémorragie cérébrale, personne ne veut pas accepter ça. Je me suis dis que c’était bizarre, parce qu’il y a dix ans j’avais pris un coup sur la tête qui n’avait rien à voir avec la boxe ou le sport, c’est arrivé dans la vie de tous les jours. J’étais allé faire une IRM et on m’avait diagnostiqué un léger traumatisme crânien. Mais le médecin m’avait dit que ce n’était pas grave, que ça arrivait souvent quand on prenait un gros choc sur la tête et qu’il fallait juste prendre un peu de repos. 

Publicité

Depuis j’en ai fait des IRM, parce que j’ai combattu entre-temps, en boxe anglaise ou même pour faire ta licence t’es obligé d’en faire. J’ai fait plein de tests médicaux et on ne m’a jamais empêché de combattre. Donc je comprenais rien et là c’était mort, je suis en Irlande, je pouvais pas retourner voir le médecin parce que ça prenait trop de temps, il y avait le problème de l’adversaire plus le problème cérébral, là l’UFC a dit « on laisse tomber ». J’étais deg’ mais j’ai dit : « je peux pas combattre » donc je suis rentré en France mais je pouvais pas en parler de ce problème médical. Là c’est même plus un sujet UFC, c’est un sujet carrière. Les gens ne savaient pas ce qu’il se passait, moi j’avais de grosses galères. 

Je me demandais comment le médecin avait pu me trouver un problème médical comme ça. Je me suis dis que c’était peut-être possible, qu’avec le temps et à force de combattre, que ça s’était développé et que je n’étais pas au courant. (…) Il fallait absolument que j’aille faire une contre-expertise, là je suis allé voir le neurologue de l’UFC par qui tous leurs combattants sont passés. Je fais de nouveaux tests d’abord à Paris, le médecin voit le diagnostic et me dit « bah non, le confrère s’est un peu précipité. C’est une cicatrice, en fait, il y a eu une hémorragie mais maintenant c’est une cicatrice. ». Et ça coïncidait avec mon histoire. Donc hop, je vais voir le médecin de l’UFC qui regarde et qui me dit qu’il n’y a rien. Il me refait passer des tests cérébraux et me dit « t’aurais dû venir me voir tout de suite ».

Publicité

Une visite médicale peut s’avérer décisive dans la carrière d’un athlète, que ce soit pour de bonnes ou de mauvaises raisons. En l’occurrence, Cédric Doumbé a pâti du diagnostic un peu précipité d’un médecin, l’empêchant à tort de réaliser ses débuts à l’UFC. Maintenant que la lumière a été faite sur l’histoire cependant, rien ne devrait se mettre en travers du chemin de « The Best ».

Cédric Doumbé Multisports UFC

Toute l'actu NBA