NBA – « Comment j’ai réglé le problème avec lui ? Un coup de boule, et ça a été terminé »

La légende NBA des Boston Celtics, Larry Bird, a littéralement humilié Reggie Miller, alors que ce dernier n'était encore qu'un rookie des Indiana Pacers
Indiana State Athletics (DR) / Jimmy Kimmel (DR)

La ligue est aujourd’hui devenue beaucoup moins explicite dans la dureté du jeu, mais ce n’était pas la même chose il y a encore trente ans. Certains joueurs n’hésitaient alors à mettre des coups de boules à leurs adversaires, l’un d’entre eux le faisant même face à une véritable légende.

Publicité

Quand ils voient les résultats de leur équipe depuis le début du 21e siècle, les fans des Knicks doivent certainement regretter les années 90. On assistait alors à l’une des plus grandes périodes de l’histoire de la franchise, emmenée par un Patrick Ewing ultra-dominant. Les hommes de Gotham n’ont jamais soulevé le titre pendant cette décennie, n’allant même que deux fois en Finales (1994 et 1999) mais il ne leur en a pas fallu plus pour devenir culte.

Parmi les grands moments de cette équipe dirigée par Pat Riley puis Jeff Van Gundy, on compte notamment leurs multiples affrontements avec les Pacers de Reggie Miller. Trash-talkeur légendaire, l’arrière coaché alors par Larry Bird en personne avait cependant un adversaire de taille en John Starks. Véritable poumon du roster new-yorkais, ce dernier n’hésitait à y aller franco pour répondre au shooteur… y compris en lui mettant des coups de boule !

Publicité



John Starks honnête sur sa relation avec Reggie Miller

Dans la ligue d’aujourd’hui, le guard de la Grosse Pomme aurait écopé d’une amende monstre ainsi qu’une suspension longue durée pour cette action. Mais à l’époque, on traitait ce genre de fautes de manière très différente ! Impitoyables l’un envers l’autre pendant leurs carrières respectives, Starks affirme cependant n’avoir aucun problème avec Reggie à présent. Il prétendait même en 2021 que son coup de boule était nécessaire pour répondre au défi qu’il représentait :

Publicité

Reggie était certainement l’un de ces gars auxquels je devais prêter beaucoup d’attention. Évidemment, c’est un Hall of Famer et un grand joueur. Il pouvait shooter, il était l’un des meilleurs dans ce domaine. C’était l’un de ces types qui essayaient de rentrer dans votre tête sur le terrain. J’ai donc dû apprendre au fil des ans à régler ça… Et je l’ai fait avec les coups de boule. Mais après ça, Reggie et moi n’avons pas eu d’autres problèmes pour le reste de nos carrières.

Ses multiples échanges houleux avec un Spike Lee en bord de terrain le montraient bien, Reggie détestait profondément ce que représentait New York, lui qui jouait pour un petit marché avec les Pacers. Leur mettre une raclée à chaque occasion était donc vrai objectif pour lui, si possible en les provoquant salement. Si Starks se laissait prendre au jeu, force est de constater qu’il a aussi gagné le respect du Hall of Famer de cette manière.

Publicité

Rester en bons termes alors que l’un a assené un coup de boule à l’autre en plein match, c’est là un sacré accomplissement. C’est pourtant exactement ce que sont parvenus à faire Reggie Miller et John Starks, eux qui ont longtemps été les pires ennemis dans les années 90.

Déclarations NBA 24/24

Toute l'actu NBA