WNBA – La vieille menace du père de Brittney Griner : « Quand tu seras rentrée à la maison… »

De nouveaux détails viennent d'être partagés concernant l'arrestation en Russie de la star WNBA Brittney Griner
WNBA (DR)

Évidemment ravi par son retour aux États-Unis suite à son séjour derrière les barreaux en Russie, le père de Brittney Griner n’a en revanche pas toujours été aussi heureux de l’accueillir chez lui. Notamment durant son cursus d’étudiante mouvementé !

Publicité

Après l’interminable crainte, l’énorme soulagement. Plongés dans la terreur durant dix mois, les proches de Brittney Griner ont eu la joie de la retrouver il y a quelques semaines, saine et sauve après sa peine de prison purgée en Russie. Sa femme, Cherelle, en a notamment profité lors d’une première soirée de retrouvailles « géniale », ainsi que son père, dont l’éducation fait encore parler de nos jours.

Quand Raymond Grinner avertissait cash sa jeune fille

Vétéran de la guerre du Vietnam, Raymond Griner avoue avoir eu du mal à accepter l’homosexualité de sa fille. Mais avant même que la question de son orientation sexuelle ne se pose, « Ray » se montrait déjà très strict envers Brittney. Cette dernière le retrace d’ailleurs dans son auto-biographie, et notamment par le biais d’une anecdote qui l’a visiblement marquée, rapportée par First Sportz :

Publicité

Dans son auto-biographie In My Skin : My Life On and Off the Basketball Court, elle évoque un épisode durant lequel elle a tenté de se moquer de son professeur, rendant furieux son père. (…) Après avoir manqué de respect à son professeur, ce dernier a appelé son père, très en colère au téléphone. « J’ai bégayé, ‘Euh… euh…’, et avant d’avoir pu finir, il m’a coupé. ‘Ça suffit,’ a-t-il dit. ‘Je vais m’occuper de toi quand tu seras rentrée à la maison. »



Hormis l’intérieur WNBA et les membres de sa famille, nul ne sait quel sort lui a été réservé par son paternel à son retour au domicile Griner. Quoi qu’il en soit, il s’avère heureusement que leur relation s’estt grandement améliorée par la suite, et se révèle aujourd’hui au beau fixe. Cela explique d’ailleurs la réaction de Raymond lors de l’annonce de la libération de Brittney, soi-disant extatique :

Publicité

Ça a été une véritable épreuve, donc il y a de la jubilation chez sa mère et son père du côté de Houston, mais aussi dans sa famille sur place. Et quand je dis « famille », je parle bien de toute la grande ville de Houston, du Conté de Harris, et du Texas.

Publicité

Avant de vivre son calvaire en Russie, Brittney Griner a longtemps redouté la sévérité de son père, qui lui a visiblement fait passer un sale quart d’heure après son insolence envers un prof. Des rapports glaciaux, qui se sont par la suite réchauffés !

NBA 24/24 WNBA

Toute l'actu NBA