Eurochallenge : Joseph Gomis (Nanterre) – « Je suis fier de mes coéquipiers »

Dimanche, Nanterre disputait la finale de l’Eurochallenge face à Trabzon. Celle-ci a été remporté par l’équipe française 64 à 63.

Joseph Gomis à la mène

(Crédit photo : leparisien.fr)

C’est un  événement puisque depuis 2002 aucun club français a réussi à remporter un titre européen. Le dernier en date était Nancy qui remportait la coupe Korak. Dimanche soir la JSF Nanterre a inscrit une ligne supplémentaire à son incroyable palmarès. Deux ans après avoir remporté le titre de champion de France, le club francilien est sur le toit de l’Europe. Des acteurs de cette finale se sont confiés au site lequipe.fr. Joseph Gomis, meneur de Nanterre, et vainqueur de l’Eurochallenge, a laissé éclaté sa joie :

«Ce qu’on vient de faire , même si ce n’est pas la plus grande compétition européenne, il faut le faire! On était là, en Turquie, venir gagner ici contre Trabzon et huit mille personnes, c’est énorme… Ce n’est pas facile. Je suis fier de mes coéquipiers, de tout ce qu’on a donné. On est bien en championnat de France, on gagne l’Eurochallenge, c’est génial. C’est ma deuxième coupe d’Europe, et la première, elle date (2002). C’est ce que je leur ai dit: ça ne se gagne pas comme ça, ce n’est pas donné à tout le monde.»

Kyle Weems, ailier de Nanterre, est aux anges :

«Je suis en mille morceaux, je ne sais pas quoi dire. On a tellement bossé pour en arriver là. TJ (Campbell), il nous a fait l’action de l’année. Ils m’ont bien marqué, ils étaient partout où j’allais. Mais j’ai quand même réussi à marquer une paire de trois points importants. On va apprécier tout ça…»

Laurence Ekperigin, ailier fort de Nanterre, n’en croit pas ses yeux :

«Je n’ai pas de mot pour décrire ce qui nous arrive. On a fait tout ce qu’il fallait, on a défendu dur, on a été chercher les rebonds, on s’est battus dans un environnement hostile. Et on connaît la fin de l’histoire. C’est la plus grosse victoire de ma carrière, je n’ai jamais gagné de titre, jamais été champion.»

Marc Judith, ailier de Nanterre a été réaliste :

«Quand on est entrés sur le terrain, on y était. C’est vraiment un truc de fou. Il y avait une telle pression, Il faut passer outre, l’oublier. Et puis, ce n’est pas notre première finale. On a réussi à gérer le truc. Kyle Weems, il l’ont très bien scouté, il a eu l’intelligence de ne pas forcer . Jérémie (Nzeulie ) a fait un match magnifique pour faire oublier que Mykal Riley n’était pas là. Il faut le féliciter. Il est toujours là au bon moment. De toute façon c’est une victoire d’équipe, c’est le coaching, les joueurs, c’est un ensemble.»

Nenad Markovic, coach de Trabzon a rendu hommage à ses adversaires :

«Toutes mes félicitations à Nanterre ; ça a été une grande finale. Un tir a décidé du sort du match. On perd aussi parce qu’on n’a pas assez bien fait bouger la balle en attaque. Il va nous falloir relever la tête maintenant, et penser aux autres échéances cruciales qui nous attendent.»

D’autres personnalité du monde du basket ont salué cet exploit tel que le coach de Rouen, Christophe Denis :

Aymeric Jeanneau, ancien meneur international :

Nando de Colo, meneur du CSKA Moscou :

Edwin Jackson, meneur du FC Barcelone :

Charles Kahudi, ailier du Mans :

Coupes d'Europe Masculines Europe

Toute l'actu NBA