Publicité

Interview, Hélèna Ciak : « Les JO, le rêve de tout sportif »

Après sa première année à Bourges, et un second titre de Championne de France, Hélèna Ciak nous a fait l’honneur de répondre à nos questions. Poste 5, elle a notamment joué à Perpignan, et Montpellier. Hélèna a également eu la chance de faire partie de l’effectif des Bleues lors du Championnat du Monde l’été dernier. On vous laisse la découvrir.

(Crédit Photo : Cl0_11)
(Crédit Photo : Cl0_11)

Parlons-Basket : Bonjour Hélèna, peux tu te présenter rapidement à nos internautes ?

Hélèna Ciak : Bonjour ! J’ai 25 ans , je suis professionnelle depuis 5 ans . Mon poste de jeu est intérieur, pivot.

PB : Cette saison, tu as rejoins le Tango Bourges Basket, pourquoi avoir fait ce choix, surtout que tu finis Championne de France avec le BLMA ? Comment s’est passé ton intégration ? Parle-nous de l’ambiance de cette équipe de Bourges, on la sent très soudée ?

 HC : J’ai fait ce choix car Bourges est tout simplement le meilleur club de basket féminin en France , de par son palmarès ou les joueuses qui y sont passées . Cela a toujours été un objectif personnel d’intégrer cette équipe, l’occasion s’est présentée, c’était pour moi une évidence d’accepter.

Mon intégration s’est plutôt bien passée, j’ai eu la chance de côtoyer avant ça certaines joueuses pendant les stages en Equipe de France, ou même jouer avec dans un autre club (Diandra Tchatchouang et Pauline Lo).

De suite j’ai senti la bonne ambiance dans le groupe, avec un bon état d’esprit, travailleur .

PB : L’an prochain, l’équipe va être pas mal remaniée, Endy Miyem et Romane Bernies, deux figures du club s’en vont. On rajoute à cela les départs de Pauline Lo, Danielle Adams, Marianna Tolo, Mathilde Combes… De nombreuses recrues sont annoncées, tu vas notamment avoir la chance de retrouver une des tes ex-coéquipières Montpelliéraines, Ingrid Tanqueray… Un avis sur cette future équipe ?

HC : Bien-sûr, chaque départ est un déchirement pour nous , on côtoie ces personnes au quotidien et on s’y attache, je leur souhaite toutes d’ailleurs de réussir dans leur nouveau club respectif :-)

Je suis contente de retrouver Ingrid dit «Petit Lutin » et Ana (Maria Cata-Chitiga) dans l’équipe, impatiente de débuter avec les autres aussi !

PB : Tu es initialement connue pour ta défense grâce à ton envergure, mais cette année, tu as été très présente au scoring, sans pour autant minimiser tes performances défensives. Tu as notamment enchaîné quelques double-doubles, une réussite pour toi ?

HC : Je ne prête pas particulièrement attention aux statistiques, j’essaie juste d’apporter au maximum à l’équipe. Je me suis sentie épanouie cette année, j’ai énormément appris tous les jours aux entraînements et matchs, si cela aide le groupe, tant mieux !!

047-Liz
Hélèna en défense face à Lizanne Murphy (Crédit Photo : Cl0_11)

PB : Quelle a été l’adversaire qui t’a donné le plus de fil à retordre en Euroligue ?

HC : Sans hésitation , Isa (Yacoubou) !! Très difficile à défendre ( et à attaquer :-) ).

PB : Vous finissez invaincues au Prado, peux-tu nous parler des supporters du club ? Mais malheureusement les succès à l’extérieur ont été plus compliqués à aller chercher. Des regrets ? Que vous a-t-il manqué ?

 HC : C’est simple : si on est invaincue au Prado, les supporters y sont pour beaucoup !! A chaque match le public est toujours présent, nous pousse pendant 40 min sans relâche. C’est un bonheur de jouer dans cette salle , c’est notre « 6eme Homme ».

Des regrets peut-être pour certains matchs à l’extérieur en Euroleague où quelques victoires nous auraient donné un meilleur classement et donc un ¼ de final à notre portée.

Sur ces matchs là, parfois c’était le manque de combat physique, probablement dû à la fatigue.

PB : Lors d’une saison, vous enchaînez les longs déplacements, est-ce que cela laisse des traces au niveau physique mais aussi mental?

HC : Bien sur , il y des moments difficiles surtout cette année avec l’enchaînement Championnat du Monde et saison en club . Mais de ce côté là , la coach a été plutôt tolérante et nous a permis de privilégier la récupération quand c’était impératif pour nous.

PB : Vous avez vécu pas mal de déplacements compliqués cette année en Euroligue, lequel fut le pire ?

HC : Il y’ en a pas mal :-) le retour de Schio en Bus jusqu’à Bourges (13h de voyage !) , le déplacement à Koursk et son train de nuit depuis Moscou ou encore celui en République Tchèque avec l’annulation de l’avion du retour et donc détour obligé par Munich. Sur le moment ce n’est pas très marrant mais maintenant ça me fait sourire :-)

PB : Deux ans de suite que tu finis avec le titre de championne de France, avec le recul tu en prends conscience ?

HC : J’en prends petit à petit conscience, ce fut deux très belles années, conclues de la plus belle des manières. Celui de cette année a un goût un peu particulier puisque ce titre permet d’égaliser le fameux club du CUC (Clermont Ferrand) .

ChampionnesdeFranceLFB
(Montage : Cl0_11 : www.chloe-berard.com)

PB : Vous échouez de peu en finale de Coupe de France, après prolongations, que vous as t-il manqué ? C’est dur de finir la saison sur une telle défaite ?

HC : Oui c’est une déception car le match fut largement à notre portée. La fraîcheur physique a été déterminante. On aurait aimé finir sur cette victoire pour un doublet.

La fatigue s’est vite ressentie, les derniers matchs nous ayant laissés des traces..

Néanmoins, la saison reste tout à fait satisfaisante dans l’ensemble.

PB : Tu enchaînes les compétitions, voilà que la préparation de l’équipe de France va démarrer, comment te sens-tu physiquement ?

HC : Je vais bien , on a eu 4 jours pour recharger les batteries, j’ai pu me reposer et récupérer.

PB : La poule pour l’Euro semble plutôt abordable (Ukraine, République Tchèque, Roumanie, Monténégro), de quelles équipes faudra-t-il se méfier ?

HC : Toutes les équipes ne sont pas à prendre à la légère. Ce championnat est hyper important car il est qualificatif pour les JO de Rio donc forcément la tâche ne sera pas simple.

On connaît certaines équipes comme l’Espagne , la Serbie ou encore la République Tchèque qui sont de grandes nations du basket Européen. Toutes les équipes ont une carte à jouer donc tous les matchs seront difficiles .

HélènaCiak-EDF

PB : Penses tu aux JO 2016 à Rio ?

HC : C’est le rêve de tout sportif. Pour avoir vécue ma première campagne avec l’équipe de France la saison dernière, on pense qu à une chose c’est de rester dans l’équipe et de se donner les moyens pour y arriver. Si j’ai la chance de participer aux JO de 2016, ce serait un rêve devenu réalité !

 PB : Avant de terminer, nous avons une questions d’une de tes coéquipières de Bourges, on te laisse deviner de qui il s’agit, et surtout on te laisse lui répondre : “Qu’est ce que tu chantes sous la douche” ? (Tu es soit disant une DIVA !!!)

HC : LOL ! Difficile de deviner la personne, toutes les filles de l’équipe connaissent mon talent de chanteuse :-)

Je chante de tout, j’ai pas de chanson en particulier, ça dépend du moment :-)

Je tiens à préciser que ce n’est que de la rigolade, je ne me prends pas au sérieux quand je dis ça ;-)

PB : On te laisse le mot de la fin.

HC : Merci à Chloé et Parlons-Basket pour l’interview. Je remercie tout le club, l’équipe, staff, partenaires et supporters pour cette merveilleuse année à vos côtés. À l‘année prochaine dans le nouveau Prado !

Toute l’équipe Parlons Basket remercie Héléna pour nous avoir accorder du temps.
Nous lui souhaitons une bonne préparation avec les Bleues, et nous espérons la revoir sous le maillot France cet été !
Interview réalisée le 8 Mai 2015.

 

 

Feed NBA 24/24