Publicité

Basket Féminin : La lettre bouleversante de Cecilia Zandalasini

Si vous avez suivi le dernier Euro de Basket ou si vous regardez avec attention l’EuroLeague, ce nom ne vous est sûrement pas passé inaperçu…

Cecilia Zandalasini, 21 ans, est le futur ainsi que le présent du Basket Féminin italien. La jeune italienne a connu cet été une ascension fulgurante. Mais des fois, la notoriété n’est pas synonyme d’épanouissement personnel. Et c’est pour exprimer ce mal être que Cecilia Zandalasini a publié sur les réseaux sociaux une lettre émouvante dans laquelle elle nous raconte ce qu’elle a vécu intérieurement ces derniers mois. De sa présence dans la 5 majeur du dernier Euro, en passant par son expérience en WNBA et sa surmédiatisation, Cecilia Zandalasini s’est confiée sur le site The Owl Post.

Pour en découvrir un peu plus sur Cecilia Zandalasini, n’hésitez pas à consulter notre article : Cecilia Zandalasini, la Marine Johannès italienne.

Cette lettre était accompagnée d’un petit message :

« Merci à ceux qui le liront, à ceux qui comprendront, et aussi à ceux qui ne comprendront pas »

La lettre de Cecilia Zandalasini :

Je ne peux pas mentir, ces derniers mois ont été parmi les plus animés de ma vie:

Tout a commencé en juin avec l’EuroBasket Women 2017 à Prague.

C’était ma première compétition officielle dans le «monde des grands», au niveau senior.

J’espérais être prête, et capable de rivaliser.

Les six premières équipes accrochaient un billet pour le championnat du monde 2018 et on ne peut nier que c’était notre objectif. Le mondial

Une Coupe du Monde qui nous échappe à 8 secondes de la fin contre la Lettonie à cause d’une faute antisportive de moi-même.

Match perdu, adieu le Mondial.

Il est difficile de décrire vraiment ce que nous avons ressenti à ce moment-là.

Et je pense vraiment que les mots sont inutiles pour décrire cet épisode, parce que seuls ceux qui ont fait partie de cette équipe peuvent connaître le mal que ça fait de voir un rêve disparaître ainsi.

Le lendemain j’étais au milieu du parquet après la finale, pour être récompensé dans le 5 majeur du Championnat d’Europe.

Crédit Photo : FIBA

Après la grande déception de l’élimination, 24 heures plus tard, une autre émotion forte me submergeait.

La fierté de cette reconnaissance, que je n’aurais jamais imaginée

Ce n’était que le premier d’une série de moments comme celui-ci: je ne pouvais pas me laisser prendre par une sensation, par un choc, qu’il y en avait déjà une autre, de force égale et souvent opposée, qui frappait à ma porte.

Dès mon retour du Championnat d’Europe, avec une multitude de sensations contradictoires et de pensées qui me viennent à l’esprit, un appel est venu du Minnesota Lynx, l’une des meilleures équipes de la WNBA.

Ils voulaient vraiment de moi, et immédiatement.

Boom.

Un autre coup, très fort, inattendu, je ne savais pas s’il fallait le croire ou non.

J’avais mille choses en tête, et maintenant ils me voulaient.

« J’y vais », me suis-je dit. « C’est le rêve de toute une vie ».

À la fin du mois d’août, je monte dans l’avion et je pars à l’étranger.

Pas même le temps de s’installer, qu’après moins de deux mois je fête avec mes nouvelles coéquipières le titre de champion WNBA.

Nous avions gagné la bague pour de vrai, et j’étais là. (les champions WNBA reçoivent une bague comme un NBA)

Tout était vrai.

J’ai juste eu le temps de déboucher le champagne, d’aller faire la fête, et deux jours plus tard, j’étais à Malpensa (aéroport en Italie).

24 heures chez moi, j’embrasse maman et papa et puis une autre valise et un autre voyage.

Vers Schio. C’est reparti.

L’équipe avait déjà commencé sans moi: de nouveaux visages, et beaucoup déjà connus.

Nouveaux uniformes, mêmes couleurs.

Nouvelle maison, mais même rue et même parking.

Entre-temps, je répondais à un flot d’interviews: sites Web, radio, réseaux sociaux, journaux, et même la télévision.

« Comment vous sentez-vous? Comment c’était l’Amérique?
Ressentez-vous beaucoup de pression sur vos épaules?
Comment vivez-vous votre boom dans les médias et sur les médias sociaux? »

Mais tout était si rapide que je n’avais même pas eu le temps de réaliser.

Je ne sais pas si j’ai vraiment réussi à dire ce que je ressentais, raconter à ceux qui me regardaient et me lisaient ce que je ressentais au fond de moi dans ces moments-là.

J’étais encore en Italie. Dans mon équipe, la routine habituelle.

À la vie habituelle.

Mais étais-je vraiment de retour?

Quelque chose en moi n’allait pas.

Entre moi et moi, je me demandais si j’avais changé, si l’Amérique m’avait changé.

Si j’étais le même que d’habitude, ou s’il y avait quelque chose de différent.

La visibilité, l’attention des médias, les Followers sur Instagram, les Likes sur Facebook, les milliers de messages.

Toute cette attention, c’était une chose complètement nouvelle pour moi.

À laquelle je n’étais pas du tout habituée ou prête.

J’ai toujours utilisé les réseaux sociaux à ma manière, seulement pour être moi-même.

Pour que n’importe qui de l’autre côté puisse avoir une idée de la personne que je suis.

Étais-je toujours moi?

Ma vie allait trop vite et j’avais besoin de temps pour prendre les choses en main, les serrer et les sentir pleinement à moi.

Seulement moi. Et personne d’autre.

Et puis Blackout.

Pendant un moment, j’ai fermé les portes: le rejet social, et le rejet de tout sur un écran. Rejet des journaux, des interviews et tout ce qui en découle.

Quiconque me connaît sait que je ne parle pas beaucoup, et je ne parle pas trop.

Je suis introverti, et souvent je ne peux pas comprendre ce qui me passe par la tête.

« Vous êtes le visage de tout le BasketBall italien »

ils ont commencé à me dire.

Mais ce n’est pas moi qui l’ai choisi.

Ce n’est pas moi qui ai choisi la lumière des projecteurs, l’attention.

Pour être regardé. Et inévitablement être jugé.

Et je ne savais pas, et je ne sais toujours pas, si mes épaules sont prêtes à supporter tout ce poids.

Un jour, une jeune fille m’a écrit que j’étais son idole, depuis toujours. Mais elle a ajouté: « maintenant c’est différent, maintenant ils vous connaissent tellement, vous avez plus que mes rêves ou ceux de quelques autres filles sur vos épaules. Nous sommes des centaines à vous regarder et à rêver « .

C’était un message qui venait directement dans ma poitrine.

Étais-je prête? Suis-je prête pour tout cela?

Être une idole, un exemple à suivre.

Alors que je viens à peine de commencer.

Je suis heureux que le BasketBall féminin ait gagné en visibilité.

Mais est-ce que quelqu’un m’a déjà demandé si je le voulais?

Vous penserez que j’exagère, et que je suis très sévère, et je ne sais pas si j’oserai jamais vous blâmer.

Le fait est que lorsque j’ai pris cette balle dans ma main étant enfant, c’était parce que j’adorais jouer au BasketBall.

J’ai immédiatement compris que ce sport serait mon chemin.

Mais tout ce qui sort de ce rectangle?

Non, je ne l’aurais jamais imaginé.

Et ça a été des mois vraiment difficiles pour moi.

Malgré toutes ces choses, je n’ai jamais loupé un jour d’entraînement pour essayer de m’améliorer.

Je n’arrêterai jamais de remercier ce sport pour tout ce qu’il m’a donné et pour ce qu’il me donne.

Mais un jour, une personne m’a dit:

« Le BasketBall ne sera pas là pour toujours.
Au lieu de cela, la personne que vous êtes, elle, restera toujours.
Même quand le basket va se terminer. »

Je veux être moi-même.

Et ces mois m’ont mis devant des épreuves difficiles, des moments et des situations complètement nouvelles.

Je viens d’arriver.

Je veux être moi-même.

Feed NBA 24/24