WNBA – Focus : Sue Bird, meilleure passeuse de l’histoire de la Ligue

0

Après Diana Taurasi, retour aujourd’hui sur la carrière de Sue Bird, elle aussi légendaire.

Née en 1980, Sue Bird est de nationalité israelo-américaine. Draftée deux ans avant Diana Taurasi leurs carrières seront étroitement liées pendant plus de quinze ans.

Déjà considérée comme l’une des meilleures joueuses du pays avant d’arriver à l’université, Sue Bird fait le choix de rejoindre les Huskies de Connecticut. Mise à l’écart à cause de blessures, elle ne joue que huit matchs lors de sa première saison. C’est finalement aux côtés de Diana Taurasi, arrivée en 2000, que Sue Bird remporte ses deux titres universitaires, en 2000 et 2002.

À la fin de son parcours avec Connecticut, Sue Bird se présente à la Draft WNBA de 2002. Elle est sélectionnée en première position par le Seattle Storm. Elle ne jouera pour aucune autre franchise dans sa carrière. Devancée par Tamika Catchings pour le titre de Rookie de l’Année, elle réalise tout de même une saison rookie très satisfaisante avec Seattle. Elle remporte finalement le titre à deux reprises en 2004 et 2010. Au niveau individuel, elle est sélectionnée dix fois pour le All-Star Game et fait partie à cinq reprises de la First All-WNBA Team. Mais son exploit le plus retentissant est d’être devenue la meilleure passeuse de l’histoire de la WNBA. Le 1er septembre 2017 elle réalise sa 2 600ème passe décisive et s’empare donc du record auparavant détenu par Ticha Penicheira.

Déjà coéquipière sà l’université, Diana Taurasi et Sue Bird font partie des 3 joueuses à avoir remporté 4 fois l’or olympique avec Team USA. (Hartford Courant)

Tout comme Diana Taurasi, Bird s’exile aussi à l’étranger. Elle joue d’abord au Dynamo Moscou entre 2004 et 2006 avant de rejoindre le Spartak Moscou en 2006, elle évoluera dans cette équipe jusqu’en 2011 avec à la clé deux titres de championne de Russie et quatre EuroLeague. Elle signe finalement à Ekaterinbourg en 2011 et remporte trois nouveaux titres de championne de Russie. Coéquipières à l’université, Taurasi et Bird se retrouvent donc en Europe. Cependant, depuis la saison 2013-2014, la meneuse n’a plus joué sur le Vieux Continent.

Son palmarès le plus impressionnant est sans doute celui qu’elle a obtenu avec la sélection nationale. Elle fait en effet partie des trois joueuses à avoir remporté quatre médailles d’or olympique en 2004, 2008, 2012 et 2016. Les deux autres joueuses ne sont autres que Diana Taurasi, sa coéquipière de toujours et Tamika Catchings, qui avait devancé Bird pour le trophée de Rookie de l’Année en 2002. En plus de ses médailles olympiques, Sue Bird remporte également trois championnats du monde en 2002, 2014 et 2016.

Moins portée sur le scoring que Taurasi, Sue Bird représente parfaitement le rôle d’une meneuse, en 15 saisons WNBA elle affiche des moyennes de 12.7 points, 5.5 passes et 1.4 interceptions. Elle mérite sans aucun doute sa place au Hall of Fame.

Découvrez nos autres focus sur les joueuses WNBA :


Diana Taurasi, la légende américaine


Découvrir tous les focus


 

Vous pouvez également retrouver les dernières actualités en WNBA.

Partager.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.