Publicité

Interview Matthew Dellavedova : « Les finales de conférence, c’est définitivement l’objectif »

Brian Spurlock-USA TODAY Sports

Le 7 juillet dernier, Matthew Dellavedova était de passage à Paris, et plus précisément à la Hoops Factory Paris-Villette. Le meneur Australien venait faire la promo de sa signature shoe, la Peak Delly One. Et nous avions eu la chance de la tester en jouant contre lui. Un bon moment prolongé par un échange avec le champion NBA 2016.

Lors de cet événement organisé par Peak France, c’est de manière détendue et sans aucune prétention que « Delly » s’est prêté au jeu du 5-vs-5 contre des représentants de différents médias, dont nous faisions partie. Loin de l’image du teigneux meneur et féroce compétiteur qu’il est sur les parquets NBA depuis maintenant 5 saisons. Le joueur des Bucks s’apprête à entamer une préparation au sein d’un effectif de qualité et qui se connaît bien. Une vraie force, couplée à un potentiel certain qui pourrait bien les aider à passer un cap la saison prochaine.

Le départ de LeBron vers l’Ouest ouvre le champ des possibilités et offre davantage d’ambitions aux outsiders à l’Est. S’il faudra passer sur la concurrence que représente Philadelphie ou Toronto, le plus gros obstacle semble néanmoins demeurer les Boston Celtics. L’objectif des Bucks est d’atteindre les Finales de conférence, et le meneur croit aux futures chances de son équipe face à un adversaire de la qualité des Celtics :

Oui, c’est définitivement l’objectif et notre plan. On va travailler dur pour ça. […] Il faut qu’on s’améliore, qu’on travaille dur et qu’on s’adapte aux systèmes du nouveau coach. Mais on a nos chances avec Giannis (Antetokounmpo) et Khris (Middleton) dans notre équipe.

Au moment de notre entretien, la venue de Brook Lopez n’était pas encore officielle, ayant été annoncée le lendemain. Un renfort de poids qui va apporter de la taille et des points à l’intérieur. Deux paramètres qui manquait cruellement à la franchise du Wisconsin sur les saisons précédentes. Milwaukee va aussi devoir se familiariser avec un nouveau plan de jeu suite à l’arrivée de Mike Budenholzer, leur nouvel entraîneur. Si Dellavedova devra composer avec la concurrence sur les lignes arrières, il a déjà pu s’entretenir avec son nouveau coach, et le courant semble être bien passé :

J’ai parlé à coach Budenholzer à quelques reprises. Je l’aime vraiment bien, je respecte ce qu’il a fait à Atlanta. Il a fait un boulot fantastique pendant plusieurs années. Et je suis excité à l’idée de voir ce qu’il va apporter à Milwaukee.

De quoi sécuriser sa place dans le roster pour la prochaine saison ? L’avenir nous le dira. La saison passée, sous les ordres de Jason Kidd, l’Australien a bénéficié de son plus petit temps de jeu depuis son année rookie. Avec ce changement à la tête de l’équipe, il s’agit d’une opportunité pour lui d’avoir un meilleur rôle. Mais quelle est la différence entre les deux techniciens ?

À vrai dire, je n’ai pas encore rencontré Mike Budenholzer en personne. Je ne suis pas rentré à Milwaukee depuis sa nomination. Je pourrais peut-être répondre à cette question l’an prochain.

Matthew Dellavedova lors des derniers playoffs, après son buzzer des plus atypiques dans le match 4 face aux Celtics. (ESPN)

Né au pays qu’on associe souvent au cricket, Matthew Dellavedova est davantage un amateur de foot. Et c’est d’un oeil avisé qu’il a suivi la Coupe du Monde, lors de laquelle l’Australie a malheureusement été éjectée au premier tour. Alors que les Bleus venaient de battre l’Uruguay en quarts au moment de notre entretien, il avait annoncé la victoire finale de la France avec suffisamment d’assurance.

Je fais de la France mon favori. J’ai regardé le match face à l’Argentine, et Mbappé… Il est impressionnant. Tellement athlétique. Il a marqué deux buts et obtenu le penalty. Je pense qu’avoir quelqu’un comme ça va rendre la France difficile à battre.

Et il s’avère aussi bon pronostiqueur que compétiteur. Lorsqu’on lui demande quel accomplissement personnel il souhaiterait atteindre la saison prochaine, il ne peut pas s’empêcher de placer le collectif avant toute distinction individuelle. Pour lui, ce sera « Champion NBA ou Médaillé d’Or avec l’Australie » !

L’entretien vidéo en intégralité :

https://www.youtube.com/watch?v=RD6Id5LsXXo

Feed NBA 24/24