Publicité

WNBA – Sami Whitcomb, l’assistante vidéo devenue facteur X des Finales

Sami Whitcomb sous le maillot du Seattle Storm.
SEATTLE, WA – MAY 26: Sami Whitcomb #3 of the Seattle Storm celebrates with teammates against the New York Liberty on May 26, 2017 at Key Arena in Seattle, Washington. NOTE TO USER: User expressly acknowledges and agrees that, by downloading and/or using this Photograph, user is consenting to the terms and conditions of Getty Images License Agreement. Mandatory Copyright Notice: Copyright 2017 NBAE (Photo by Joshua Huston/NBAE via Getty Images)

Utilisée dans la rotation de Seattle et sélectionnée pour la Coupe du Monde avec l’Australie, le parcours de Sami Whitcomb est pour le moins atypique. En effet, après son cursus à l’université, l’arrière est passée par le staff vidéo de son équipe, avant de tenter l’aventure en Europe.

Avec 7 points en seulement 7 minutes de jeu lors du Game 2 des Finales WNBA entre Seattle et Washington, le rôle de Sami Whitcomb a été limité, mais déterminant. L’Américaine, naturalisée Australienne, était passée à côté de son Game 1, avec 5 points à 2 sur 8, en 17 minutes. Pour sa deuxième saison WNBA, l’arrière a été utilisée à petites doses avec le Storm : 8.6 minutes de moyenne, pour 2.9 points par matchs. Elle est toutefois sortie de sa boîte au meilleur des moments, en inscrivant 11 points (4 sur 9) en 21 minutes lors du Game 5 décisif en demi-finale, face à Phoenix.

Mais avant de se faire remarquer en playoffs WNBA, la native de Ventura, Californie n’a pas eu un parcours facile. Après quatre saisons à l’université de Washington, où elle tournait à 13 points de moyenne lors de son année senior, l’arrière n’a pas été draftée en 2010. Malgré plusieurs offres en Europe, notamment en Suisse, elle a choisi de ne pas jouer lors de la saison 2010-2011, intégrant alors le staff vidéo de son alma mater ! Mais la passion du jeu était trop forte, et après un an sans jouer, Whitcomb a tenté sa chance en Allemagne. D’abord avec les ChemCats Chemnitz, puis avec les Wolfenbüttel Wildcats, où elle tourne à plus de 18 points de moyenne.

C’est ensuite en Australie que la carrière de Whitcomb s’est envolée. Elle dispute trois saisons avec les Rockingham Flames, et crève l’écran. Trois titres de MVP, trois titres de meilleure marqueuse et trois sélections dans le meilleur cinq ! Elle remporte également le titre à deux reprises, et est repérée par les Perth Lynx, en WNBL. Elle dispute trois saisons et bat plusieurs records de points et de tirs à trois points. Bénéficiant d’une clause de rupture du contrat en cas d’offre garantie en Europe, elle rejoint finalement Seattle en 2017. En deux saisons avec le Storm, elle tourne à 3.7 points et 1.3 rebond de moyenne.

En deux saisons outre-Atlantique, Sami Whitcomb n’a pas encore réussi à s’imposer comme une titulaire avec le Storm. Naturalisée australienne, l’arrière a été appelée en remplacement de Leilani Mitchell pour disputer sa première Coupe du Monde, à partir du 22 septembre prochain.

À lire également : Le Storm à une victoire du titre après un finish fou !

Basket Féminin WNBA

Feed NBA 24/24