Publicité

NBA – La superbe initiative de Michael Jordan après le 11 septembre 2001

Michael Jordan a soufflé ses 56 bougies

Alors que l’on érige souvent – et à juste titre – LeBron James en modèle de basketteur hors des parquets (au point pour certains de l’envisager comme Président des Etats-Unis), il convient de ne pas oublier que Michael Jordan est également un modèle d’altruisme. Preuve après la terrible tragédie du 11 septembre 2001.

Publicité

Le 11 septembre marque chaque année depuis 2001 le triste anniversaire de l’attentat du World Trade Center, qui avait meurtri les Etats-Unis au plus profond de leur chair.

(crédit : DR)

Publicité

Un choc pour toute la nation, et une période trouble lors de laquelle le pays s’est tourné vers des héros ou des figures capables d’apporter de la joie. C’est ce qu’a fait Michael Jordan, en versant l’intégralité de son salaire de la saison 2001-2002 (1 million de dollars) pour aider les victimes et la reconstruction :

Evidemment, notre pays a changé pour toujours, mais rien n’a plus changé que la vie des familles des victimes de cette tragédie. Cette somme est une des nombreuses qui bénéficieront aux familles des victimes des attaques du 11 septembre.

Publicité

C’est ma manière de rendre aux gens et, je l’espère, d’aider ceux dans le besoin dans cette période terrible

Pour être plus précis, en 2001, le GOAT dévoluait 10% de son salaire à l’aide des enfants ayant perdu leur(s) parent(s) lors des attentats, et 90% à d’autres associations en lien avec le soutien aux victimes (logistique, moral etc) après les attaques.



En plus du geste financier, Michael Jordan se montrait disponible et exemplaire en personne auprès des familles, comme en témoigne cette anecdote racontée par le frère d’une victime. Alors que MJ jouait avec les Wizards un soir de novembre 2001, deux enfants, qui avaient perdu leur père lors des attentats, demandèrent à voir Michael Jordan pour « dire merci ».

Publicité

Ils furent emmenés jusqu’aux vestiaires. Cinq minutes à peine plus tard, le mythique numéro 23 faisait son apparition, sourire aux lèvres et prêt à distribuer des câlins. L’oncle des deux enfants, et frère de leur père disparu, raconte :

Il s’est présenté comme si c’était nécessaire, puis s’est mis à parler. Ça a pris environ 3 secondes à Jordan pour submerger la pièce de son aura. Il était gracieux, humain et réconfortant.

C’était juste un moment – sûrement un parmi d’autres pour lui, qui a fait ça un nombre incalculable de fois – mais un moment magique pour tout le monde dans la pièce.

Publicité

Un moment qui a donné à ma famille, et surtout à ma nièce et mon neveu, quelque chose à raconter.

Quelque chose d’autre, du moins

Michael Jordan. La grande classe, tout simplement. 

Michael Jordan NBA 24/24

En direct : toute l'actu NBA