La saison ayant pris fin cette nuit suite à la victoire et au titre du Seattle Storm, la WNBA a profité de l’après-match pour annoncer les deux cinq majeurs All-WNBA de l’année. Seules Phoenix et Dallas retrouvent deux éléments de leur équipe nommés.

#1

First All-WNBA Team

On retrouve tout d’abord une base arrière composée de Tiffany Hayes (Atlanta Dream) et Diana Taurasi (Phoenix Mercury). La joueuse du Dream a grandement contribué à la saison surprise de sa franchise, qui a terminé la saison régulière à la deuxième place du classement. Hayes possède ainsi la meilleure moyenne de points de son équipe avec 17,2 unités, et obtient donc pour la première fois de sa carrière une place dans l’un des deux cinq de l’année, et tout cela, sans avoir été All Star !

Elle est donc accompagnée de Diana Taurasi, habituée à figurer dans ces sélections. La légende du Mercury a quant à elle continué d’inscrire son nom dans l’histoire de la ligue en devenant, entre autre, la joueuse cumulant le plus de points en carrière dans l’histoire de la WNBA. Phoenix occupait la cinquième place du classement à l’issue de la saison régulière, ce qui ne l’a pas empêché d’accéder aux demi-finales des playoffs et de pousser le Storm, futur champion, à un match 5 accroché. L’âge ne semble en tout cas pas avoir d’emprise sur Taurasi, elle qui occupait la troisième place dans le classement des meilleurs marqueuses cette saison avec 20,7 points, ainsi que la quatrième dans celui des meilleures passeuses avec 5,3 unités.

Le poste 3 est assez logiquement occupé par la MVP de cette saison et des Finales, Breanna Stewart (Seattle Storm). Grande leader du Storm dans un exercice dominé de la tête et des épaules par son équipe, elle est parvenue à se hisser dans les dix premières places des classements de 4 catégories statistiques ! Du haut de ses 21,8 points, 8,4 rebonds, 1,4 interception et 1,4 contre par rencontre, la joueuse de 24 ans affole les compteurs pour son âge, et risque de se retrouver dans ces cinq majeurs All-WNBA durant de nombreuses années au vu de son talent.

Pour compléter ce cinq, la WNBA a souhaité récompenser le reste du podium du trophée de MVP, puisque ce sont Elena Delle Donne (Washington Mystics) et Liz Cambage (Dallas Wings) qui en composent la raquette. La star de Washington poursuit son ascension vers les sommets de la ligue, en cumulant notamment 20,7 points et 7,2 rebonds par match durant la saison régulière, et permettant à sa franchise d’égaler son record de victoires en une saison, avec 22 succès. C’est ainsi la troisième fois lors des quatre dernières années que Delle Donne présente des chiffres supérieurs à 20 points et 7 rebonds, symbole de sa confirmation au plus haut niveau. Qui plus est, les Mystics se sont qualifiées pour la première fois de leur histoire en Finales, une prouesse quelque peu ternie par le sweep qui vient de leur être infligé.

Cambage, enfin, faisait office de véritable monstre statistique cette année. Elle qui snobait la WNBA depuis 2013 a marqué son retour par des performances folles, et notamment sa prestation historique face au New York Liberty le 17 juin dernier, qui lui a permis d’aller chercher le record de points en un match avec 53 unités ! L’Australienne possède la meilleure moyenne de points de la ligue (23 points par match) et la deuxième meilleure moyenne de rebonds (9,7), des stats ô combien nécessaires pour que les Wings arrachent le huitième et ultime spot pour les Playoffs.


____________________________

#2

Second All-WNBA Team

Courtney Vandersloot (Chicago Sky) est l’unique joueuse des ces deux sélections à ne pas avoir participé aux playoffs. Son équipe du Sky a en effet échoué à la dixième place du classement de la saison régulière, avec un faible bilan de 13 victoires pour 21 défaites, mais la meneuse mérite entièrement sa place après une telle saison individuelle. Elle s’est emparée du record de passes décisives par match (8,7 unités) et d’assists totales sur une saison (258), tout en réalisant le meilleur exercice de sa carrière en terme de scoring (12,5 points).

Skylar Diggins-Smith (Dallas Wings) vient compléter la ligne arrière. Son duo avec Liz Cambage a été capital pour les Wings dans leur quête de playoffs, et son absence s’est grandement fait ressentir en fin de saison régulière. Preuve de son importance, l’arrière possède la plus grosse moyenne de minutes de la ligue (34,1 par match), lors desquelles elle en a profité pour cumuler 17,9 points et 6,2 passes (record en carrière) par rencontre.

Maya Moore (Minnesota Lynx) sort d’un exercice plus difficile que celui de 2016-2017 d’un point de vue collectif, en quittant les playoffs dès le premier tour après avoir été sacrée championne et MVP des Finales la saison dernière. Sa saison reste malgré tout aboutie individuellement parlant, avec ses 18 points et 5,1 rebonds par match. Elle occupe même la place de meilleure intercepteuse de la ligue avec 1,68 unité par rencontre. C’est la septième fois consécutive qu’elle apparait dans une équipe All-WNBA.

Candace Parker (Los Angeles Sparks) a, elle aussi, connu plus de difficultés avec son équipe cette saison, après avoir été finaliste il y a un an. Figurant seulement à la sixième place du classement de la saison régulière et éliminée par Washington lors du deuxième tour des playoffs, Los Angeles parvient malgré tout à placer sa star dans cette sélection. Celle-ci a porté son équipe dans plusieurs catégories statistiques, et présente des moyennes très solides de 17,9 points, 8,2 rebonds et 4,7 passes.

Brittney Griner (Phoenix Mercury) complète cette équipe et est loin d’avoir usurpé sa place. Leader pour la sixième fois consécutive au classement des contres (2,56 par match), elle possède également la sixième meilleure moyenne au scoring (20,5 points) et la huitième au rebond (7,7 prises). Elle faisait partie des rouages essentiels à la bonne figure du Mercury en saison régulière et en playoffs, aux côtés de Diana Taurasi et DeWanna Bonner.

Pour récompenser leurs saisons exceptionnelles, chacune des joueuses figurant dans la First Team recevra 10.000$ de la part de la ligue, tandis que celles composant la Second Team se verront offrir 5.000$. Vous pouvez consulter les résultats des votes en cliquant ici.

A lire également : Le Storm sweepe Washington et s’empare du titre !

A propos de l'auteur

Étudiant en Master Journalisme à l'ISCPA Lyon, je m'intéresse à la NBA et au basket depuis plusieurs années. Lakers Family. Lonzo is my son.