Interview – Sekou Doumbouya : « Je m’inspire de Paul George »

Arrivé en juin en provenance de Poitiers où il évoluait en Pro B, Sekou Doumbouya s’apprête à découvrir la Jeep Élite et le plus haut niveau du basket français. Avant un très probable de départ pour la NBA dans un an, ce très grand espoir sera une des attractions du championnat cette saison sous ses nouvelles couleurs. Dans le cadre du Media Day de la LNB, Parlons Basket a pu échanger avec le joueur du CSP Limoges.

Parlons Basket : Ça y est, ça va être l’heure de tes premiers pas en Jeep Elite. Comment te sens-tu ? Tu ressens un peu de pression ?

Non, j’ai pas la pression. Je suis relax, je me sens bien. J’ai la confiance du coach et il y a le public qui suit derrière. Donc non, je n’ai pas de pression.

PB : Est-ce que tu t’es fixé des objectifs pour ton entrée en matière ?

Non, je n’ai pas d’objectif particulier, si ce n’est de bien jouer. Et pas seulement en attaque. Même si je marque aucun point, je vais défendre, prendre des rebonds ou faire des interceptions. Et ça me va.

PB : Est-ce que ton coach t’as déjà donné une idée du temps de jeu que tu pourrais avoir sur ce match ?

C’est quelque chose que tu peux pas savoir. Après, sur la pré-saison, je jouais 20 minutes par match, donc je me base là-dessus.

PB : Limoges est une vraie ville de basket, tu as sûrement dû le ressentir depuis ton arrivée et notamment en pré-saison. Qu’est-ce que ça te fais de jouer dans une salle comme celle-là ? Et quel est ton ressenti global depuis ton arrivée au club ?

C’est une plus-value de jouer dans une salle comme ça. Ça ne peut être qu’une motivation. C’est un plus. Pour ce qui est de mon ressenti, tout est très bien. Les gens, le staff, les entraînements… Tout est carré.


PB : Venons-en à deux de tes objectifs à court ou moyen terme : la NBA et l’Équipe de France. Commençons par la NBA. Tu es annoncé par un gros site de scouting (nbadraft.net) à la deuxième place de la prochaine draft, devant le phénomène Zion Williamson. Ça te fait quoi autant d’engouement autour de ton jeu ?

Tu sais, j’essaye de pas trop y penser. Je dirai même que j’y pense pas. Je sais ce que je vaut et je vois aussi ce que les autres font, je me renseigne. Mais ça ne reste que des prédictions. On verra bien comment se déroule la saison et ce que je vais démontrer.

PB : Pour ceux qui ne suivent pas forcément le basket français ou qui ne te connaissent pas encore très bien, est-ce que tu pourrais comparer ton jeu à un joueur actuel en NBA ?

J’ai pas vraiment de comparaison avec un joueur actuel en NBA, mais j’aime bien Paul George. J’aime comment il joue, son style de jeu…

PB : C’est ton exemple ?

Je dirai pas que c’est mon exemple mais c’est un joueur que je suis. Je m’inspire de lui mais sans le copier. Et je pense que j’ai des qualités similaires.


PB : On y est pas encore, mais si tu pouvais choisir d’être drafté par une équipe NBA, ce serait laquelle ?

(Sans hésiter) Chicago ! Michael Jordan, tu connais. En étant dans le top de la draft c’est possible.

PB : Frank Ntilikina, qui a deux ans de plus que toi, a récemment intégré le groupe France. C’est également un objectif à court terme pour toi. Est-ce que tu as déjà pu en parler avec des coéquipiers, notamment Mouhammadou Jaiteh et Jonathan Rousselle ?

Non, j’en ai pas vraiment parlé avec eux. J’en parle pas trop autour de moi. J’essaye déjà de me construire personnellement, que ce soit en tant que basketteur ou humainement. L’Équipe de France, ça viendra après. Si je taffe et que tout se passe bien, ça arrivera naturellement. Mais ça reste forcément dans un coin de ma tête.

PB : Qu’est-ce que l’on peut te souhaiter avec Limoges cette saison ?

Sur le plan collectif, un titre de Champion de France. Et sur le plan personnel, simplement continuer à progresser.

 

(Propos recueillis par Dorian Eridan)

A lire également : Interview – Benjamin Sene « Ça s’est joué sur des détails [donc] le groupe est revanchard »

Publicité

Dernières actualités