Plus d’un an après son trade des Cavaliers aux Celtics, Kyrie Irving porte un certain regard sur sa demande. Une chose est sûre, il ne regrette rien.

Malheureux à Cleveland, dans l’ombre d’un certain LeBron James, Kyrie Irving a surpris la ligue en demandant à partir. Une décision qui a étonné beaucoup de monde, et que ne regrette pourtant pas l’intéressé.

Je pense que c’était la meilleure chose que j’ai faite, honnêtement. Ce n’était pas pour une personne ou quoi que ce soit, c’était juste le moment. Peut-être pas pour les autres, mais pour moi c’était le bon moment. Le changement est dur parfois. Et faire ce qu’il est le mieux pour toi ne va pas forcément l’être aux yeux des autres. Il faut donc l’accepter.

Mais en demandant un trade, Kyrie Irving était totalement dans l’inconnu. Sans un droit de veto, le meneur aurait pu atterrir n’importe où. Mais c’est un soir, après avoir passé une soirée dans un club, que son agent l’appelle pour lui transmettre la nouvelle.

Je suis sorti et j’ai pleuré, j’ai tout lâché, j’ai laissé partir toutes mes émotions. Et quand j’ai découvert que j’étais tradé à Boston, je ne pouvais pas le croire.

Né dans le New Jersey, Kyrie Irving connaît bien Boston, l’endroit où ses parents se sont rencontrés.

Donc j’étais déjà connecté à la ville. J’ai de la famille ici, des gens qui veillent sur moi.

S’il y a un an, la demande de Kyrie Irving paraissait folle, elle prend beaucoup plus de sens aujourd’hui. Leader vocal et par l’exemple sur le parquet, le meneur a obtenu ce qu’il voulait. Il aurait pu atterrir n’importe où parmi les 29 franchises de la ligue, mais Danny Ainge a fait le nécessaire.

Comme quoi, le destin fait parfois bien les choses.

A lire également : Kyrie Irving : « Ils n’allaient pas me donner les clés de la franchise »