NBA – Les pires routines de l’histoire au lancer-franc

Rick Barry lancer-franc
(DR)

Vous avez été nombreux à consulter le catalogue des pires rituels d’avant-match en NBA. Aujourd’hui, nous vous proposons un petit tour d’horizon des plus étranges routines au… lancer-franc. Car oui, il y a aussi de jolies perles.

Publicité

Don Nelson (76.5% de réussite en carrière)

Joueur de rôle dans les années 1960-70 à Boston, Don Nelson trouvait son équilibre à une main. Le quintuple champion NBA prenait la balle à deux mains avant de tirer uniquement avec sa main droite. Après sa carrière de joueur, Nelson a connu la gloire en tant qu’entraîneur. Il est élu 3 fois coach de l’année, notamment avec le Milwaukee de Dave Cowens et Bob Lanier dans les 8O’s.

https://www.youtube.com/watch?v=MBP-FAjxzNQ

Nick Van Exel (79.4% de réussite en carrière)

La ligne des lancers-francs à 4.60 mètres, trop près pour Nick Van Exel. Une fois All-Star avec les Lakers en 1998, le meneur préférait tirer de 6 mètres, pour assurer sa précision.


Publicité

Jeff Hornacek (87.7% de réussite en carrière)

L’ancien coach des Knicks était un excellent tireur de lancer-franc. En témoigne sa dernière saison 2000 à 95% de réussite sur la ligne, qu’il a surement accompli grâce à son rituel. Hornacek se caressait trois fois la joue droite avant de passer à l’acte. Il donnait un signe d’attention à ses trois enfants, Abby, Ryan et Tyler.


Jerry Stackhouse (82.2% de réussite en carrière)

Véritable voyageur avec huit franchises au compteur, Stackhouse a surtout marqué la Ligue par sa saison à 29.8 points chez les Pistons, en 2000-01. Deux fois All-Star, le Stack faisait ses squats tout en convertissant la plupart de ses lancers-francs. Une routine qui rappelle celle du rugbyman Jonny Wilkinson quand il devait tirer une pénalité.


Publicité

Gilbert Arenas (80.3% de réussite en carrière)

L’Agent Zero avait ses particularités pour un joueur de basket. Sa routine au lancer est d’ailleurs une de ses marques de fabrique. Gilbert Arenas se concentrait en faisant tourner la balle autour de ses hanches. Il prenait presque la totalité des 10 secondes autorisées pour tirer ses lancers.

https://www.youtube.com/watch?v=LaRIXBw3_vc

Rick Barry (89.3% de réussite en carrière)

Le fameux lancer à la cuillère. Il a été l’arme de précision utilisée par Rick Barry, icône des Warriors des 70’s et champion avec Golden State en 1975. La particularité du Hall of Famer, il prenait la balle par le haut et la faisait vriller jusque dans le cercle. Une technique qui paye, puisque Barry est le quatrième tireur le plus précis de l’histoire au lancer-franc.


Publicité

Chuck Hayes (62% de réussite en carrière)

Une gestuelle plutôt douteuse pour Chuck Hayes. L’intérieur n’aura pas marqué les esprits pas son jeu. Pourtant, il s’est notamment fait remarquer par Allen Iverson pour sa routine au lancer. Hayes marque un arrêt en l’air, comme Markelle Fultz mais de manière intentionnelle cette fois-ci.

Markelle Fultz (66.8% de réussite en carrière)

Puisqu’on en vient à ce sujet douloureux. Comment ne pas parler de la gestuelle de Fultz… Plusieurs routines sont à attribuer à Markelle Fultz, mais aucune n’a vraiment convaincu ni les observateurs ni le joueur lui-même.

Publicité

Jamaal Wilkes (75.9% de réussite en carrière)

L’ami s’est cru sur un terrain de football. Comme quand un latéral effectue une touche, Jamaal Wilkes tire son lancer en commençant avec la balle derrière sa tête. Egalement membre de l’équipe championne des Warriors en 1975, Wilkes avait une bonne réussite derrière la ligne en carrière.


Voir aussi : Les meilleurs (et pires) rituels d’avant-match des joueurs

Ne vous inspirez pas de ces routines pour la plupart douteuses. Nous décernons notre palme à Chuck Hayes et sa gestuelle horrible, qui a dû faire sauter grand nombre de rebondeurs avant le bon moment.

NBA 24/24 Vidéos, highlights

Les dernières actualités