Dans l’histoire et pour l’éternité, Michael Jordan est associé au numéro 23. Un soir de 1990, pourtant, MJ arborait un drôle de maillot frappé du numéro 12. Une étrange histoire qu’on vous propose de découvrir.

Outre son éternel numéro 23, Michael Jordan est connu pour avoir porté le 45 quelques semaines lors de son comeback en 1995, et le 9 avec la Dream Team. Ce qui est moins connu, en revanche, c’est cette sombre histoire du numéro 12.

Nous sommes en février 1990, et les Bulls se déplacent du côté d’Orlando pour se remettre en marche après 4 défaites en 5 matchs. Les hommes de Phil Jackson sont prêts à en découdre, mais un incident vient perturber leur préparation : le maillot de Michael Jordan a été volé. Le problème prend encore plus d’ampleur quand on sait que les Bulls n’ont pas amené de numéro 23 de rechange avec eux, et que Sa Majesté est donc à court de tunique à quelques heures du début de la partie.

A lire également : Les 10 meilleures histoires de trash-talking de Michael Jordan

Rapidement, une recherche est organisée dans le bâtiment avec les agents de sécurité. En vain. Des membres du staff des Bulls jettent alors leur dévolu sur les tribunes, à la recherche d’un fan de près de 2 mètres portant une réplique du maillot de Jordan. Là encore, échec.

Il a alors fallu se rendre à l’évidence et s’en remettre à l’unique solution possible : utiliser un maillot que la franchise traînait toujours avec elle, au cas où, et qui n’avait jamais servi jusque là. Ce maillot, c’est le numéro 12, qui a la particularité de ne pas avoir de nom inscrit au dos. Et c’est ainsi que Michael Jordan a disputé la partie.

Pas de panique cependant, MJ n’a pas été affecté le moins du monde par son nouvel attirail. Il a planté 49 points en 47 minutes à 21/43 au tir. Insuffisant cependant pour éviter la défaite des siens (135-129 après prolongation).

L’histoire retiendra donc que Jordan tourne à 49 points en carrière avec le numéro 12 sur les épaules… mais à 0% de victoire. On vous laisse avec ces images, qui laissent une impression visuelle assez étrange.

Mais aussi : Quand MJ ridiculisait Gary Payton devant sa propre équipe