Les Spurs ont battu Dallas cette nuit (112-105), confirmant leur bonne forme du moment. Pour Luka Doncic, en revanche, la soirée a été cauchemardesque.

On ne le répétera jamais assez, une campagne de rookie est faite de hauts et de bas. Cette nuit, c’était clairement un bas pour Luka Doncic, qui a connu une sacrée galère seulement 2 jours après avoir battu son career-high de rebonds en une mi-temps à peine. Gêné par une blessure au genou, le Slovène a tout de même joué 34 minutes, pour une ligne de stats pas loin d’être catastrophique : 12 points à 5/18 au tir, 1/9 au lancer franc (!), 7 rebonds, 6 passes, 9 pertes de balle dont 7 en deuxième mi-temps).

Une performance qui s’explique certes par la bonne défense des Spurs, mais aussi par la blessure qui gène Doncic depuis sa dernière sortie. Difficile de comprendre pourquoi les Mavs ont pris le risque de l’aligner, eux qui ne jouent plus rien dans cette fin de saison sinon la possibilité de grappiller quelques places supplémentaires lors de la draft.

A lire également : Le fan du Jazz banni à vie, Westbrook prend une amende

Il ne serait pas étonnant que Doncic ait signé une malheureuse première avec cette performance – difficile d’imaginer un joueur cumuler un si faible pourcentage au lancer et un tel nombre de turnovers dans le même match. Cet accident n’est qu’une infime tâche sur la superbe saison du Slovène, qui tourne à 21.1 points, 7.4 rebonds et 5.6 passes décisives pour sa première campagne.

De leur côté, les Spurs ont enchaîné un sixième succès de rang, leur plus longue série de la saison. Ils le doivent en partie à son duo de choc DeMar DeRozan (33 points) et LaMarcus Aldridge (28 points). Derrick White, véritable révélation texane cette saison, a ajouté 23 unités dans l’escarcelle de la bande de Gregg Popovich.

Pour Doncic, la soirée sera à vite oublier. De quoi pousser Rick Carlisle à mettre l’ancien du Real au repos pour le prochain match ?

Mais aussi : Draymond Green réagit aux propos de Steve Kerr sur lui

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef Parlons Basket & Parlons NBA. Chez RMC de temps à autres. Le sang-froid de Larry Bird, le mental d'Olivier Giroud.