NBA – L’autre sport dans lequel Nate Robinson aurait pu faire carrière

0

Nate Robinson était l’un des plus petits joueurs NBA, mais aussi l’un des plus spectaculaires. Et pourtant, il aurait très bien pu ne jamais jouer au basket et exceller dans un autre sport. On vous propose de revenir sur cette anecdote qui remonte à ses années universitaires.

Publicité

Né le 31 mai 1984, Nate Robinson effectue 3 saisons à l’Université de Washington, où il réalise des moyennes de 14.4 points, 3.9 rebonds et 3.2 passes. Il se présente à la draft en 2005 et est sélectionné en 21ème position par les Knicks.

Joueur très spectaculaire malgré sa petite taille (1.75m), il remporte trois Dunk Contests en 2006, 2009 et 2010, devenant ainsi le 3ème joueur de l’histoire à conserver son titre après Michael Jordan (1987 et 1988) et Jason Richardson (2002 et 2003). Il est aussi le seul joueur comptant 3 victoires dans ce concours.

En 11 saisons, 618 matchs et 8 franchises, Robinson affiche des moyennes de 11.0 points, 2.3 rebonds et 3.0 passes. Outre ses dunks, il a aussi réalisé deux actions iconiques dans sa carrière. La première, un énorme contre sur Yao Ming, qui faisait 54 centimètres de plus que lui, en 2007 :

La seconde, un passage entre les jambes de Sebastian Telfair, en 2012 :

Pourtant, malgré tout ce talent et cette ingéniosité sans limites, Robinson aurait pu ne jamais jouer en NBA. Ni même au basket professionnel. Il était en effet très bien parti pour une carrière en NFL et suivre ainsi les traces son père, Jacque Robinson. Celui-ci évoluait au poste de running back et a été MVP de deux des rencontres universitaires les plus prestigieuses, le Rose Bowl en 1982 et l’Orange Bowl en 1985. Il a aussi joué une saison en NFL.

Pour comprendre cette anecdote, il faut remonter à ses années au lycée. Robinson joue aussi bien au basket qu’au foot américain, en tant que running back, receveur ou defensive back. Il reçoit d’ailleurs une bourse d’étude de la part de l’Université de Washington pour le foot américain.

Durant sa saison freshman, il joue en défense et réalise de bonnes prestations, étant même titulaire lors des 6 derniers matchs de la saison. Sauf qu’il n’est pas satisfait de son rôle.

J’aurais souhaité jouer en attaque. Je suis un mec offensif, comme mon père. Je n’ai pas eu la possibilité de montrer les qualités que j’avais.

Nate Robinson aurait pu ne jamais jouer en NBa pour avoir une carrière NFL qui s'annonçait brillante
Lire aussi | Le classement des 15 joueurs les plus petits de l’histoire

Dans le même temps, Robinson et le meilleur marqueur de l’équipe de basket des Huskies. Au début de sa saison sophomore, il décide de se concentrer uniquement sur le basket, comme un défi personnel.

Personne n’avait réellement de doutes sur moi, le football et mon arrivée en NFL. Je savais que je pouvais le faire. Dans ma tête, je voulais savoir avec certitude, pour moi, que je pouvais jouer en NBA. Et du coup j’ai décidé d’arrêter de jouer au foot américain. Quand Washington a viré le coach Rick Neuheisel [en juin 2003], cela a rendu ma décision encore plus facile. J’ai dit « Vous savez quoi ? Je vais jouer au basket et voir où et jusqu’où cela me mène. Si ça ne marche pas, je peux toujours retourner jouer au foot américain. »

Au final, Robinson ne joue plus au foot américain à l’université, et connait une carrière NBA très honnête. Mais de son propre aveu, il aurait certainement eu plus de succès s’il avait continué jusqu’à la NFL.

Pour moi, ce serait effrayant de penser à mon futur dans le football. Si j’avais réellement tout donné et arrêté de m’occuper du basket, et donné tout ce que j’avais dans le foot américain, je serais probablement un des meilleurs cornerbacks que la NFL n’ait jamais vus.

Et pourtant, ce ne sont pas les propositions de reprendre le foot américain lors de ses 2ème et 3ème années à Washington qui manquent. Même avec des moyens plus ou moins légaux.

Publicité

Quand ils ont viré le coach Rick Neuheisel à la fin de mon année freshman, cela a rendu plus facile ma décision d’arrêter et d’aller faire du basket, ce que je comptais faire de toute façon. Pendant mes 3 années à Washington, j’ai eu un booster qui me proposait 100 000 $ par an pour revenir et jouer au foot américain, parce qu’ils avaient besoin que Nate Robinson revienne sur un terrain de football parce que nous ne gagnions aucun match. Ce n’était pas excitant. C’était fou. Nous avons traversé une période sombre à Washington. Quand Tyrone Willingham était le coach, nous n’avons pas gagné un seul match. C’était juste fou.

Robinson montre à cette occasion une grande force de caractère pour refuser une telle somme d’argent, surtout à son âge. Il est également revenu sur cette rencontre avec le booster.

Un booster est venu nous voir ma mère et moi, s’est assis, et ma mère et m’a dit « C’est beaucoup d’argent. Qu’est-ce que tu veux faire ? » Je lui ai répondu « Je veux simplement jouer. Je ne veux pas prendre l’argent d’un booster et ne pas savoir ce que sa poignée de main signifie. Que nous gardions l’argent ? Les gens ne font jamais rien gratuitement. » Et c’est ce que ma mère m’a enseigné. Qu’est-ce que je lui devrai ensuite ? Ma mère m’a dit que c’était à moi de décider, que c’était ma vie et pas la sienne. Je lui ai dit que j’allais gentiment dire « non merci », que mon rêve était de jouer au basket et de mériter tout ce que j’obtiendrai.

Véritable phénomène athlétique, Nate Robinson aurait certainement eu une brillante carrière en NFL, mais on est bien contents qu’il ait finalement choisi le basket et la NBA. Pour quelqu’un qui voulait se prouver qu’il pouvait réussi dans un autre sport, c’est plutôt réussi.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.