NBA – Donovan Mitchell calme tout le monde après la défaite de Team USA

0

Team USA a connu une défaite historique ce samedi face à l’Australie. Mais Donovan Mitchell refuse de s’inquiéter, et il l’a clairement fait savoir.

13 ans. Voilà 13 ans et 78 matchs officiels qu’une équipe Team USA composée de joueurs NBA n’avait pas été battue. C’est désormais chose faite grâce à l’excellente performance d’une Australie menée par Patty Mills.

Sachez d’ailleurs que les Australiens et les Américains s’étaient rencontrés 66 fois auparavant, pour un bilan de… 66 victoires pour les USA. Le résultat du match de samedi est donc un petit séisme dans le monde du basket international.

Donovan Mitchell, un des leaders de l’équipe sur demande de Gregg Popovich, ne veut pourtant pas s’inquiéter, comme il l’a expliqué auprès de The Athletic :

Pour être honnête, ce match ne veut rien dire du tout. Bien sur, ça fait mal de perdre, mais je vois ça plus comme un apprentissage qu’une défaite. C’est ça l’idée. Si tu vois ça comme une défaite, tu commences à te laisser disperser.

Lire aussi | Le tour de France de Klay Thompson

Un mindset que certains pourront trouver surprenant, mais qui semble ne faire aucun doute dans l’esprit de Spida, convaincu qu’il ne faut pas attacher trop d’importance au résultat de ce match :

On se concentre sur les vidéos du match. On va regarder ça dans l’avion et on sera prêt pour le match contre le Canada. Tu veux toujours gagner tous les matchs, mais tu apprends aussi dans les défaites.

Gagne un voyage à New York sur l'appli Parlons Basket

Quoiqu’en dise Mitchell, ce revers historique a fait parler outre-Atlantique, et il ne rassure pas forcément sur l’état d’un roster fragilisé par une cascade d’absences comme jamais il n’en avait subi.

En fin d’après-midi, c’est Kyle Kuzma qui a dû quitter les siens, épargnant à Gregg Popovich et son staff de couper un jour, puisqu’il n’en reste plus que 12, soit le nombre requis pour le roster officiel qui s’envolera pour la Chine.

Pas d’affolement chez Team USA donc, du moins en surface. Mais que Mitchell et les siens ne s’y trompent pas : les Etats-Unis n’auront pas le droit à l’erreur.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.