Publicité

NCAA – Le dunk le plus mythique de l’histoire

Jerome Lane dunk ncaa 1988

Le 25 janvier 1988 est une date qui restera à jamais gravée dans l’histoire NCAA. Ce jour-là, Jerome Lane réalise ce qui reste comme le plus gros dunk de l’histoire du circuit universitaire. Petit retour trois décennies en arrière, pour revivre ce moment devenu légende.

Publicité

Nous sommes le 25 janvier 1988 en Pennsylvanie. Ce jour-là, un énorme choc s’annonce entre deux mastodontes de la Big East en NCAA : Providence et Pittsburgh. Pittsburgh qui compte dans ses rangs un certain Jerome Lane, le futur héros du jour.

L’ailier fort de poche (1m98) est un rebondeur émérite malgré sa petite taille. Il termine même meilleur capteur de rebonds du circuit universitaire lors de la saison précédente. Pas franchement réputé pour être un dunkeur d’exception, Lane dispose tout de même de solides qualités athlétiques qui lui permettent de monter au cercle quand le besoin s’en fait ressentir.

Sauf qu’en cette froide journée d’hiver 1988, le joueur entre dans une autre dimension : Jerome Lane ne monte pas seulement au cercle, il l’explose littéralement dans un dunk qui marquera à jamais l’histoire NCAA. Tout part d’une banale perte de balle. Après un cafouillage sur une remise en jeu, le ballon revient à Pittsburgh et plus particulièrement dans les mains de Sean Miller. Le meneur se met alors à galoper en contre attaque. A sa gauche Demetreus Gore. A sa droite Jerome Lane. Le meneur expliquera plus tard qu’il était de sa mission de donner la balle au meilleur finisseur dans une telle situation.

Publicité

Et pour le meneur, Jerome Lane est la meilleure option possible. Il fixe alors son défenseur et décale la balle vers l’ailier fort. La suite entre dans la légende. Lane hérite du cuir à pleine vitesse. Carlton Screen, le petit meneur de Providence (1m83), pas effrayé par l’autobus qui lui fonce dessus, essaie de mettre son corps en opposition pour tenter la faute offensive. Sauf que la seule chose qu’il provoque, c’est le mythique « Send it in Jerome ! » (envoyez le à Jerome, ndlr) du commentateur de l’époque Bill Raftery.

Car oui, en plus de mettre le malheureux Carlton Screen sur un violent poster, Lane explose tout simplement le panneau en 1000 morceaux. La scène de crime est effroyable : Lane s’éloigne, l’arceau pendouille, du plexiglas jonche le sol, son opposant baigne dedans, les cheerleaders exultent, l’arbitre observe quelques secondes d’absence face ce qu’il vient de se passer… Bref, de la violence gratuite comme on en voit très rarement dans une vie.

Face à un tomar d’une telle puissance et un arceau qui se balance au dessus du parquet, les quatre mots du commentateur passent à la postérité : des t-shirts avec le célèbre « Send it in Jerome ! » voient le jour quelques temps après.

Publicité

Lire aussi | 25 novembre 2017, le match le plus fou de l’histoire en NCAA ?

Bill Raftery, voix de la NCAA pendant 33 ans expliquera plus tard :

C’est sorti tout seul. Ce n’étaient pas des mots prévus à l’avance. Je suis sûr que quelque part au bord du terrain, j’ai entendu des gens le dire.

En 2009, en préambule d’un Pittsburgh- UConn dont Raftery est aux commentaires, Jerome Lane est présent sur place et glisse ces quelques mots qui résument parfaitement le poids du légendaire « Sent it in Jerome » sur la postérité de son dunk :

Merci de m’avoir rendu célèbre..

Publicité

Mais revenons en à cette soirée du 25 janvier. Suite au dunk dévastateur de lane, le match est logiquement arrêté pendant 32 minutes, le temps d’enlever les débris qui gisent sur le sol et réparer les dégâts. Des fans se ruent même sur le parquet pour collecter quelques-unes des ruines du défunt plexiglas. Leo Czarnecki, le chef de la maintenance à Pittsburgh, en profite lui aussi pour récolter ces précieux souvenirs. Il les offrira par la suite à certains membres du département des sports de l’université. Des reliques d’une valeur inestimable dans l’histoire de la NCAA et de Pittsburgh.

Un véritable instant historique. Lane a lui aussi du même du mal à comprendre ce qu’il vient de réaliser. Il expliquera quelques années plus tard :

Je ne m’étais rendu compte de rien avant de me tourner vers Demetreus Gore (son coéquipier, ndlr). Il avait la bouche ouverte. Ensuite j’ai vu les morceaux au sol, ça tombait comme de la neige

Malheureusement pour lui, sa popularité sera aussi éphémère que de la neige. Sélectionné avec le 23ème choix de la Draft 1988 par les Nuggets, Lane ne réussira jamais à faire son trou dans la ligue. Trop petit pour jouer au poste 4, trop lourd pour jouer en 3, la NBA n’était pas faite pour lui. Il devra filer en CBA puis en Europe pour poursuivre sa carrière. Carrière à laquelle il mettra un terme en 2000, après deux saisons aux Idaho Stampede, équipe de G-League. Il retournera ensuite chez lui, à Akron, dans l’Ohio, où il s’occupe désormais de jeunes basketteurs.

Publicité

25 janvier 1988 à Pittsburgh, un moment de légende où le temps semble s’être arrêté en NCAA. Un dunk qui aura permis à Jerome Lane de voir son nom être gravé à jamais dans l’histoire du basket universitaire. Ainsi que sur des tee-shirts, au passage.

Buzz NBA 24/24 NBA Flashback NCAA

En direct : toute l'actu NBA