NBA – Les avantages de jouer au playground selon Kobe Bryant

0

Basket rue sont étroitement liés, et partout dans le monde, on ne compte plus les playgrounds où jeunes comme moins jeunes pratiquent leur passion. Un avantage, selon Kobe Bryant.

Tout comme certains footballeurs commencent à jouer au quartier ou dans la cour d’école, les basketteurs ont un territoire sacré en grandissant : le playground.

Tous ceux qui en ont déjà foulé un n’ont pas oublié les interminables 3 contre 3 ou 5 contre 5, l’absence de filet ou le bruit de ses chaînes, ainsi que cette impression d’être à la source de ce qu’est le basket.

Une énorme majorité de joueurs NBA a fait ses gammes sur les fameux playgrounds, omniprésents aux Etats-Unis. Selon Kobe Bryant, qui s’exprimait sur le sujet il y a quelques années, le basket pratiqué y est différent, et positif pour le développement de n’importe quel joueur :

Je pense que jouer au playground amène beaucoup plus de créativité et de liberté. Vous pouvez bosser sur tous les moves stylés, car c’est là que vous apprenez le crossover, le 360 et tous les trucs créatifs. C’est la cerise sur le gâteau. Le crossover est un classique, c’est quelque chose que les jeunes joueurs qui arrivent dans la ligue ont appris sur le playground, et qui est maintenant devenu un move pendant les matchs. Mais tous les autres tricks doivent rester au playground.

Lire aussi | « 666 », le workout hardcore de Kobe Bryant

Le Black Mamba a beau adorer jouer au playground, il reste donc lucide : le basket sur parquet n’est pas fait pour tous les trick moves et autres arabesques trop poussées. Kobe considère également que le playground endurcit, et là encore, tous ceux qui y ont joué ne pourront pas dire le contraire :

Jouer au quartier vous apprend à vous endurcir, car chaque vous que vous allez sur le terrain il y a toujours quelqu’un qui est plus dur ou plus fort et qui va vous bouger.

160 cadeaux à gagner sur l'appli Parlons Basket

Et si nous simples mortels n’avons pas la chance de jouer en NBA ou même de vivre une carrière pro, Kobe est lui nostalgique de ses sessions au playground dans sa jeunesse, comme il l’expliquait en début de carrière :

Jouer avec mes potes est ce qui me manque le plus. Jouer avec mes gars juste pour le plaisir du jeu, sans caméras ni rien. Juste jouer.

Il reste quelques semaines avant que le froid ne vienne mettre un terme à nos passages sur le playground pour cette année 2019, donc profitez-en ! C’est Kobe qui le dit.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.