Publicité

NBA – L’histoire derrière l’incroyable surnom raciste des Knicks

(DR)

Aux États-Unis, les tensions raciales sont presque aussi vieilles que la naissance du pays de l’Oncle Sam. Et forcément, la NBA aussi a porté son lot de polémiques ethniques. Les fans des Knicks à la fin des années 70 ne diront pas le contraire.

Publicité

En 2016, quand Colin Kaepernick, quarterback pour les 49ers de San Francisco, s’agenouillait pendant l’hymne national pour protester contre les violences policières, causant ainsi le tollé de l’Amérique puritaine, il illustrait bien toutes les tensions raciales qui existent encore outre-Atlantique.

En NBA aussi, les Afro-Américains ont été au centre des débats politico-sportifs, à commencer par le « dress code » de David Stern en 2005, bannissant tout vêtement faisant référence à la culture hip-hop. Mais bien avant cela, dans les années 1970, ce ne sont pas des interdictions vestimentaires, mais bien une équipe qui cristallisait l’opposition entre cultures noire et blanche.

Publicité

À une époque où la ligue, marquée par les overdoses de joueurs comme Terry Furlow et « Fast » Eddie Johnson, est vue comme un repère de bandits, les audiences télé sont en chute libre. Les fans majoritairement blancs ont du mal a accepter la présence prépondérante – et grandissante – des afro-américains dans les rosters.

Ce ressentiment vaudra d’ailleurs un surnom aux New York Knickerbockers (le nom complet des Knicks) : les N*ggerbockers. Ce sobriquet, répandue dans toute la NBA, est la résultante de la première équipe 100% noire de l’histoire de la ligue, assemblée dans la Big Apple en 1979-1980. Eddie Donovan, GM de l’époque ne voyait d’ailleurs pas cet acte comme engagé, mais simplement comme une nécessité.

Si nous avions gardé John Rudd et Glen Gondrezick [les deux derniers joueurs blancs coupés avant la saison] juste parce qu’ils étaient blancs, nous aurions perdu le respect des autres joueurs. Les gars savent qui sait jouer et qui ne sait pas.

Publicité

Lire aussi | La première rencontre musclée entre Yao Ming et Shaq, marquée par des propos polémiques
(DR)

Les réactions dans le monde du basket ont été mitigées. D’un côté, les fervents supporters se remémorant le Civil Rights Movement de la décennie précédente. De l’autre, donc, ceux rejetant les « N*ggerBockers ».

L’histoire retiendra tout de même que cette équipe a pris part au premier match 100% noir de la NBA, un Knicks-Pistons soldé par une victoire de Detroit 129-115.

Publicité




À l’opposé de ce phénomène de défiance envers les Knicks, les Celtics deviendront les coqueluches du public. Portés par le white GOAT Larry Bird, les C’s affichent pour la saison 1984-85 un roster composé de 8 blancs sur 12 joueurs, facilitant l’attachement côté fans.

Si les temps ont bien changé depuis, et qu’aujourd’hui le talent prime sur toute couleur de peau, certains semblent bloqués dans le passé, à l’instar de Phil Mushnick, qui suggérait que l’on appelle les Brooklyn Nets « New York N*ggers » suite au rachat de la franchise par Jay Z…

Publicité

Au final, on peut tous se réjouir de l’évolution des mentalités et de la mixité que met en avant le basket, en France, aux États-Unis et tout autour du globe.

Feed NBA 24/24