NBA – La mauvaise chute qui aurait pu briser la carrière de Michael Jordan en 1995

0

Aux Etats-Unis, on l’appelle le Double Nickel Game. Au printemps 1995, de retour depuis quelques matchs à peine et hors de rythme, Michael Jordan plante 55 points chez les Knicks. Mais tout aurait pu mal tourner.

Au printemps 1995, Michael Jordan sort de sa retraite. Après 2 petites années passées à digérer la mort tragique de son père et à s’essayer au baseball en ligue mineure, le patron signe son grand retour à l’approche des playoffs.

D’abord hors de rythme et en proie à la maladresse sur ses premiers matchs, ce qui est parfaitement logique, MJ marque les esprits dans le plus beau des endroits. Au Madison Square Garden, numéro 45 dans le dos, il inscrit la bagatelle de 55 points face aux Knicks de son pote Patrick Ewing. Le message est clair : Jojo is back.

Juste avant la mi-temps, pourtant, tout aurait pu basculer. Jordan hérite de la gonfle sur le côté droit du terrain et part au drive. Gourmand, il entend non pas déposer un lay-up, mais bien postériser Patrick Ewing. Visiblement échaudé par le récital de MJ, le pivot effectue une grosse faute sur His Airness, qui retombe très mal sur son pied droit.

Cheville, genou, tibia ou autre, les conséquences auraient pu être très graves pour Jordan. 5 secondes durant, le GOAT reste au sol, sonné. Ses coéquipiers du banc s’apprêtent à rentrer sur le terrain pour lui venir en aide… mais MJ se relève, sans piper mot, et marque ses 2 lancers.

Lire aussi | Lequel des 6 titres était le plus dur à gagner ? MJ répond

Voici la fameuse séquence en vidéo, avec la mauvaise chute et la crainte immédiate qui s’empare du banc :

Gagne un voyage à New York sur l'appli Parlons Basket

Il faut croire que ce soir-là, Jordan était invincible. Dans l’antre du Garden, MJ renaît, menant les siens à une victoire 113-111 derrière ses 55 points (21/37, 10/11 au lancer).

Quelques semaines plus tard, des Bulls encore trop courts seront éliminés lors des playoffs. La suite ? La saison la plus dominante de l’histoire à l’époque (72-10) et un three-peat dans la légende.

Les choses auraient été bien différentes si ce soir de 1995, quelques semaines à peine après son retour, Jordan s’était gravement blessé. Mais les Dieux du basket veillaient sur leur messager.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.