NBA – Gregg Popovich répond au tacle de Donald Trump et le dézingue

0

La crise actuelle entre la Chine et la NBA prend des proportions importantes. Le président américain Donald Trump s’en est mêlé, et en a profité pour critiquer 2 de ses plus fervents détracteurs, Steve Kerr et Gregg Popovich. Le coach des Spurs lui a d’ailleurs répondu.

Publicité

Donald Trump ne partira pas en vacances avec Steve Kerr. Interrogé récemment à propos de la situation inconfortable que la NBA doit gérer en Chine, le chef d’Etat américain en avait profité pour fustiger le coach des Warriors, habitué à critiquer l’administration Trump.

Si prompt à critiquer son gouvernement habituellement, Kerr s’était montré alors plutôt discret, ce qui lui avait valu certaines critiques, et les moqueries de Donald Trump.

Gregg Popovich fait aussi partie des détracteurs du président américain. Discret jusqu’à maintenant, le coach des Spurs a récemment répondu aux attaques de l’excentrique Trump, qui avait également mentionné Pop lors de sa tirade anti-Kerr.

Je suis trop occupé. J’ai des choses à faire… Tout ce que j’ai fait était émettre une comparaison entre la démonstration de courage d’Adam Silver dans une situation difficile, en opposition à la manière dont notre président réagit en compagnie de figures autoritaires. Qu’il s’agisse de l’Arabie Saoudite, la Corée du Nord, la Russie ou la Turquie ou je ne sais quoi. Il s’est montré inefficace, incompétent et lâche.

Adam Silver, il faisait face à une économie en péril. Mais il est resté fidèle aux principes de notre nation. Quand vous mettez notre président face à tous ces leaders, quand il est avec eux ou quand il communique avec eux, c’est incomparable avec la manière dont Adam Silver a réagi. J’étais fier de lui. C’était bien.

Lire aussi | Un Warrior annonce un Steph Curry bouillant

Les mots ne sont pas tendres, comme souvent avec Pop. Le coach des Spurs a comparé la réaction d’Adam Silver vis-à-vis de la crise en Chine à celle de Donald Trump lorsqu’il côtoie les représentants des états autoritaires, comme Vladimir Poutine par exemple.

Pour Pop, Adam Silver s’est montré courageux, il a tenu son rang et est resté fidèle à ses principes, ce qui a rendu fier le coach des Spurs.

Publicité

La situation est donc à l’heure actuelle tendue en Chine. La NBA, Adam Silver en tête, essaie de régler cette situation au plus vite. Mais Donald Trump ne facilite pas les choses : il n’a pas l’intention d’aider la NBA, et prend un malin plaisir à les voir dans cette position bien inconfortable.

En parallèle de cet incident, Pop va lui débuter sa 24ème saison à la tête des Spurs. La légende du coaching demeure imperturbable, avec, une fois de plus, la volonté de venir jouer au poil-à-gratter à l’Ouest.

Donald Trump ne se fera pas d’amis en NBA, et surtout pas Kerr et Pop. Mais pour la ligue, la priorité est de régler le contentieux avec la Chine.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.