NBA – Le manque de sommeil : le gros problème qui couve dans la ligue

0

On n’en entend jamais parler ou presque, et pourtant : le sommeil, ou plutôt le manque de sommeil est un facteur majeur de déséquilibre chez les joueurs NBA. Dans un long papier, témoignages à l’appui, ESPN fait le point.

« C’est le plus gros problème auquel nous n’avons pas la solution ». La phrase est claire, et elle émane d’un haut placé de la ligue. Durant 6 à 8 mois, les joueurs NBA parcourent des dizaines de milliers de kilomètres – assez, en moyenne, pour faire 2 fois le tour de la terre. Ils doivent aussi naviguer entre plusieurs fuseaux horaires, et composer avec un calendrier pour le moins exigeant.

Un exemple ? Le 26 février dernier, Miami accueillait Golden State, avant de jouer à Houston le lendemain. Le match s’est terminé à 22h, les joueurs du Heat ont décollé autour de 23h30, pour un atterrissage dans le Texas à 2h et une arrivée à l’hôtel autour de 3h. Le soir-même, un match face à James Harden et ses troupes les attendait. Pour l’anecdote, les Rockets ont gagné sur le fil, s’appuyant notamment sur un 35-20… dans le dernier quart-temps.

Il s’agit là d’un exemple parmi des centaines d’autres, qui illustre bien le problème. Et quand ils sont interrogé à ce sujet, tous les joueurs font part de l’importance du sommeil. Exemples :

Vince Carter : « Ma longévité ? Le sommeil. C’est la chose numéro 1 pour moi ».

CJ McCollum : « Le manque de sommeil gêne votre récupération, la manière dont vous jouez, votre état d’esprit, comment vous vous déplacez sur le parquet »

Tobias Harris va même plus loin. Selon lui, il s’agit d’un gros problème pour la santé des joueurs, et le prochain gros chantier en la matière :

Demandez à n’importe qui ici [dans le vestiaire]. Tout le monde vous répondra le sommeil. Je pense que dans quelques années, ce sera un problème dont on parlera, comme les concussions en NFL.

Lire aussi | A quels joueurs bénéficierait une ligne à 4 points ?

Pour tenter de réduire les effets néfastes de ce rythme de vie, nombreux sont les joueurs qui ont des petits rituels. Andre Iguodala, par exemple, a dû faire appel à un spécialiste du sommeil en 2013, après avoir souffert de ce manque de sommeil durant ses jeunes années dans la ligue.

Combien d’heures par nuit dorment les joueurs NBA ? Certaines stars avouent dormir « entre 3 et 4 heures », tandis que la tranche « entre 5 heures et 6 heures » est la plus commune. Insuffisant pour être dans une forme optimale. Viennent ensuite les siestes, réparatrices mais pas miraculeuses, tout comme les petites pauses sommeil dans l’avion. En moyenne, on estime que les joueurs NBA tournent à moins de 7h de sommeil sur une période de 24 heures.

Gagne un voyage à New York sur l'appli Parlons Basket

Le constat est là, et la dangerosité à long terme appuyée par des études scientifiques, mais que faire ? Ces dernières années, la NBA a déjà considérablement réduit les back-to-backs et tente d’éradiquer à tout jamais les fameux « four-in-five » (4 matchs en 5 soirs) si répandus dans les années 1980. Les équipe d’alors voyageaient également dans des vols commerciaux, souvent pas adaptés à la grande de taille de certains.

Malheureusement pour la santé des joueurs, difficile de trouver une solution à ce problème de sommeil, à moins d’en revenir au sujet du raccourcissement de la saison, qui n’est pas à l’ordre du jour selon Adam Silver.

La NBA pourrait bien devoir se pencher sur cette épineuse question d’ici quelques années. Si quelqu’un a la solution, qu’il n’hésite pas. Car les issues semblent assez bouchées pour l’instant…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.