NBA – Le joueur des Bulls des 90s qui était plus payé que Jordan et Pippen

0

Michael Jordan et Scottie Pippen, voilà deux légendes des Bulls qui se devaient d’être les mieux payés de l’effectif, n’est-ce pas ? Et pourtant, pendant quelques temps, ils ont été coiffés sur le poteau par un de leurs coéquipiers…

Drafté en 1989 par les Bulls, envoyé en Italie pour faire ses classes, puis de retour en 1993 avec un contrat de 17.6 millions de dollars à la clé, Toni Kukoc a été un grand artisan du second three-peat des Bulls. Pendant un moment, il a même été le joueur le mieux payé de l’effectif, au nez et à la barbe de Scottie Pippen et Michael Jordan pourtant dans leur prime. Retour sur cette affaire qui avait quelque peu déplu aux deux hommes.

Après plusieurs années en Europe, Kukoc, le chouchou de son front office, débarque à Chicago à l’été 1993. MJ vient de prendre sa première retraite, et Scottie Pippen prend les rênes de l’équipe. La première saison est satisfaisante, derrière un Pip’ leader dans toutes les catégories majeures de son équipe, et un Kukoc efficace d’emblée.

En août 1994, après une saison à 10 points, 4 rebonds et 3 passes, le Croate paraphe un nouveau contrat de 26 millions de dollars sur six ans… faisant de lui le joueur le mieux payé de l’histoire des Bulls ! Un affront pour Scottie Pippen, qui devient moins payé que son coéquipier sur la saison qui suit (3.075.000 dollars contre 3.260.000 pour l’ailier croate).

Intérieurement, Pip fulmine. Il n’est pas satisfait du GM des Bulls Jerry Krause et du propriétaire de l’équipe Jerry Reinsdorf qui ont offert un salaire supérieur au sien à un Européen qui n’a encore pas prouvé grand chose en NBA. Il apprécie également peu le fait que les dirigeants ne prennent pas en compte sa valeur marchande au moment de renégocier son contrat.

Lire aussi | Quand Jordan et Pippen lynchaient Toni Kukoc

Il semble cependant que le numéro 33 s’en soit pris aux mauvaises personnes puisque Kukoc devait son deal en grande partie à son agent Luciano « Lucky » Capicchioni, qui était chargé de négocier tous les termes et conditions pour son nouveau contrat.

Cet agent était décrit comme un homme très rusé, et c’est sans doute ce qui explique ce contrat luxuriant pour l’ailier. Durant la retraite de Jordan, son contrat « court » toujours, et il touche un peu moins de 4 millions de dollars sur les saisons 1993-1994, 1994-1995, lors de laquelle il revint au printemps, et 1995-1996. Cet été-là, MJ paraphe un contrat XXL à 30 millions de dollars, et siffle la fin de la récréation, pour lui du moins. Kukoc fut néanmoins le joueur le mieux payé de l’histoire des Bulls jusqu’à 1996.

Scottie Pippen, de son côté, a conservé un salaire moins important que Kukoc jusqu’à son départ des Bulls et la signature d’un gros deal avec les Rockets après le lockout. On peut donc penser que ce contrat est resté longtemps en travers de la gorge du compère de Michael Jordan, élu en 1996 dans la prestigieuse liste des 50 plus grands joueurs de l’histoire de la ligue par la NBA.

A une époque où les stars signent d’énormes contrats, une telle anecdote provoque l’étonnement. Comment un joueur inconnu ou presque en NBA a-t-il pu être mieux payé que deux des plus grandes superstars de la ligue ? Demandez à Scottie Pippen, il aura sûrement une réponse intéressante à vous fournir.

Anecdote croustillante et surprenante sur les Bulls des années 90, même si tout a fini par s’arranger. Un three-peat, ça apaise forcément.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.