Publicité

NBA – Le « Smiley Project » : comment les Warriors veulent polir une nouvelle pépite

Alen Smailagic des Warriors

Les Warriors font souvent des bons choix à la draft. Alors quand on apprend qu’ils placent en couveuse un jeune joueur, on se penche dessus. Focus sur le « Smiley Project », plus connu sous le nom de Alen Smailagić.

Publicité

Stephen Curry, Klay Thompson, Harrison Barnes, Draymond Green, Kevon Looney, Eric Paschall cette année… Les Warriors ont souvent été inspirés à la draft ces dernières années. Soit ils ont mis la main sur des futurs All-Stars, soit sur des très bons joueurs de rotation. Dans tous les cas, ils ont souvent fait des bons choix.

Alors forcément, quand un article de The Athletic s’attarde sur un de leurs rookies, placé en couveuse depuis plusieurs semaines afin de poursuivre son développement, ça attire notre attention. Vous l’avez compris, nous allons parler ici de Alen Smailagić, aka « Smiley ».

Publicité

À part les fans les plus passionnés des Warriors, pas grand monde ne le connait. Jeune Serbe de 19 ans, il a été sélectionné en 39ème position de la dernière draft par les Warriors. Le club le suivait depuis quelques années et le voulait vraiment. Pour preuve, le soir de la draft, ils étaient inquiets que les Kings le sélectionnent avec le 40ème choix, alors ils se sont débarrassés de deux seconds tours qu’ils ont envoyé aux Pelicans en échange du 39ème choix. Comme Gollum et son anneau, les Warriors mettaient la main sur leur précieux.

Mais en réalité, les liens qui unissent le jeune joueur aux Warriors remonte à plus longtemps : Smailagic a passé toute la saison dernière avec l’équipe de G-League des Dubs, les Santa Cruz Warriors. Il est donc un projet à long terme, avec pour espoir qu’il devienne un joueur majeur de leur effectif. Si c’est le cas, ce serait un (énième) sacré coup de maitre de la part des dirigeants de la franchise. Mais quand on voit ce qu’est devenu un Draymond Green, sélectionné en 35ème position en 2012, on se dit que plus rien ne nous étonne vraiment avec cette équipe.

Publicité

Lire aussi | Pourquoi Draymond Green est un modèle aux Warriors

Cette saison, c’est légèrement différent pour lui. Il continue de jouer avec l’effectif de G-League, dont il est aisément le meilleur joueur, mais il est également sous contrat avec les Warriors.

En 11 matchs, celui qui est surnommé « Smiley » tourne à 16.8 points par match en seulement 25 minutes passées sur le parquet. Le talent, bien qu’encore brut, est indéniablement présent. Si les Warriors parviennent à le développer comme ils se montraient aptes à le faire par le passé… On pourrait bien parler à maintes reprises de ce jeune joueur à l’avenir.

Publicité




La nuit dernière, lors de la rencontre entre les Warriors et les Suns, le jeune Serbe a connu ses premières minutes en NBA. Steve Kerr y réfléchissait depuis quelques temps, et il a franchi le pas. Le rookie n’aura passé que 4 minutes sur le parquet, mais aura eu le temps d’inscrire 4 points. Des débuts encourageants bien que pas très significatifs, vous en conviendrez.

https://www.youtube.com/watch?v=PHZR7Htp3Jo

« Smiley » travaille donc dans l’ombre, et il a été récompensé la nuit dernière. En tout cas, il ravit tout son entourage chez les Warriors. Le staff et les dirigeants sont excités de l’avoir, et on commence à l’être aussi. Il faudra être patient, mais son potentiel est en tout cas intrigant. Le « Smiley Project » est en cours, en espérant pour les Warriors et leurs fans qu’il leur donnera le sourire une fois qu’il sera définitivement jeté dans le grand bain. Patience est mère de sûreté, et les Warriors l’ont bien compris.

Publicité

Les années passent et les Warriors continuent sans cesse de flairer les bons coups à la draft. L’avenir nous dira si « Smiley » en sera un, mais les premières bribes sont en tout cas intéressantes. Projet à suivre.

Feed NBA 24/24