NBA – Pourquoi Seth Curry en a voulu à sa mère

pourquoi seth curry en a voulu à sa mère
The Smoking Cuban (DR)

Ignoré par les grosses universités durant ses jeunes années, Seth Curry a connu un chemin sinueux avant d’accéder à la NBA. Il blâme sa mère pour ces difficultés, et celle-ci en expliquait la raison.

Publicité

La carrière de Seth Curry n’a pas été un long fleuve tranquille. À la différence de son frère, drafté dans la loterie en 2009 avant de rapidement devenir une star puis un double MVP, le cadet de la fratrie Curry a dû batailler pour se faire sa place dans la grande ligue.

Non-drafté en 2013, il a du faire ses preuves en G-League avant de finalement réussir à s’imposer en NBA, à Dallas, puis Portland, avant de revenir l’été dernier chez les Mavericks.

Publicité

Et si son chemin a été à ce point sinueux, c’est parce qu’il n’était pas une grosse recrue à l’université. Et ça, selon lui, c’est à cause de sa mère, Sonya. C’est en tout cas ce que Seth lui reprochait, comme elle l’expliquait récemment à Adrian Wojnarowski dans le dernier épisode de son podcast.

Cette histoire est marrante. Seth m’en voulait, car à l’époque il y avait un gros tournoi que tous les coachs universitaires venaient voir, et son nom était cité parmi ceux à surveiller durant tout le weekend.

Publicité

Lire aussi | Le plus dur pour Stephen Curry dans son retour

Et il avait décidé qu’il ne rentrerait pas à la maison pour le couvre-feu, donc je lui ai dit qu’il n’irait pas au tournoi. Donc il m’en voulait et il pensait que c’était ma faute s’il n’avait pas été recruté par les grosse facs.

Sa frustration de l’époque était compréhensible. Alors que son frère grandissait à toute allure chez les Warriors, Seth devait en permanence prouver sa valeur durant ses quatre années d’université (une à Liberty Université, trois à Duke), pour au final être ignoré par toute la ligue le soir de la draft 2013.

Publicité

Près de sept ans plus tard, l’arrière s’en est plutôt bien sorti. Aujourd’hui, il s’est définitivement installé dans le paysage NBA, et pas uniquement comme « le frère de Stephen Curry ». Le garçon est un joueur de rotation clé des Mavericks cette saison, et surtout un des meilleurs shooteurs du pays : il tourne à 12.5 points en moyenne par match, à 45.5% de réussite derrière l’arc.

Publicité

Frustré par le manque de considération des universités à son égard à l’époque, Seth Curry en a voulu un temps à sa mère. Mais aujourd’hui, le frère de Steph a réussi à trouver sa place, il a tracé son propre chemin. Tout est bien qui finit bien.

Dallas Mavericks Déclarations NBA 24/24 Seth Curry

Publicité

Dernières actualités