NBA – Pourquoi Jordan n’a jamais craqué face au trash-talking de Payton

(DR)

Opposé aux Bulls de Michael Jordan lors des Finales 1996, Gary Payton a régulièrement tenté de sortir son adversaire du match avec son trash-talking. L’ancien meneur des Sonics a dernièrement dévoilé la technique employée par Phil Jackson pour empêcher sa star d’entrer dans son jeu.

Publicité

Durant leur hégémonie dans les années 1990, les Bulls possédaient plusieurs équipes rivales, qu’ils retrouvaient quasiment chaque année en playoffs. Qu’il s’agisse du Jazz, des Blazers, des Rockets ou encore des Knicks, de nombreuses franchises ont vu leurs rêves de titre brisés par Michael Jordan et compères.

Parmi ces effectifs mythiques posant fréquemment des soucis à Chicago en vain, celui des Sonics faisaient partie de ceux présentant les plus solides atouts. Le trio Gary Payton – Shawn Kemp – Detlef Schrempf s’est ainsi montré à plusieurs reprises accrocheur, sans jamais parvenir à réellement prendre l’ascendant sur l’armada des Bulls.

Publicité

Les Finales 1996, qui voyaient s’opposer les deux franchises, illustrent parfaitement ce tableau. Malgré un avantage de 3-0 en faveur de leurs adversaires dans la série, les hommes de George Karl ont trouvé les ressources pour remporter les deux matchs suivants, avant de finalement devoir rendre les armes lors du Game 6.

Les efforts de Gary Payton, leader de son équipe et expert du trash-talking, ne se seront donc pas avérés payants. Le meneur de légende, invité de l’émission All The Smoke de Matt Barnes et Stephen Jackson, se souvient pourtant bien avoir tout tenté pour déstabiliser la camp adverse, et en particulier Jordan, qui signait lors de ces Finales là sa « pire » moyenne de points en 6 participations, avec seulement 27 unités.

Publicité

Gary Payton, à qui on doit en grande partie ce chiffre, a aussi expliqué la raison pour laquelle l’expérience trash-talking ne s’est pas montrée concluante. Et c’est à mettre au crédit d’un certain… Phil Jackson.

Lire aussi | Les meilleures histoires de trash-talking de Gary Payton

Devoir me confronter à Jordan, c’était cool pour moi. J’essayais de pénétrer dans sa bulle et de l’en faire sortir, mais ils avaient un coach qui se fichait des egos de chacun en la personne de Phil Jackson.

Publicité




Quand Jordan avait tendance à sortir un petit peu de son match et à commencer à me parler, Phil faisait toujours en sorte de rebattre les cartes et de mettre Pippen sur moi.

Tandis que ses matchups mettaient en confrontation Jordan et Payton, soit deux mâles alpha cherchant à tout prix à dominer leur adversaire, Phil Jackson n’avait pas peur de froisser sa star lorsque celle-ci commençait à afficher des bribes d’irritation. Le coach ignorait alors le duel d’ego mené entre les deux hommes, et modifiait les confrontations directes pour maintenir MJ dans la rencontre.

Publicité

Cette technique, aussi frustrante pouvait-elle apparaitre aux yeux d’un compétiteur comme Jordan, a bien fini par porter ses fruits. His Airness a dominé ces Finales, malgré GP, et a remporté le quatrième titre de sa carrière. Payton a quant à lui dû attendre 2006 pour obtenir une bague de champion avec le Heat.

Si Gary Payton fût l’un des rares joueurs à parvenir à déstabiliser Michael Jordan, Phil Jackson a rapidement su trouver la parade pour prendre le meilleur sur les Sonics. De l’importance d’un coach.

Feed NBA 24/24