NBA – 3 « futurs Jordan » qui n’ont pas (du tout) su répondre aux attentes

Harold Miner face à Michael Jordan lors d’un match opposant le Miami Heat aux Chicago Bulls
Bleacher Report (DR)

Symbole des comparaisons hasardeuses et risquées faites par les médias au sujet de top prospects, le qualificatif de « futur Jordan » a été utilisé à tort et à travers durant de longues années. Trois héritiers de ce surnom ne se sont cependant pas du tout montrés à sa hauteur dans la suite de leur carrière.

Publicité

Ce n’est désormais plus un secret pour personne, se voir comparer à une superstar NBA peut s’avérer très malfaisant pour un prospect du circuit high school ou universitaire américain. Avec l’apparition d’un simple parallèle dans les colonnes d’un média local, voire même national, les attentes peuvent être démultipliées, et entrainer une pression peu soutenable pour des joueurs d’un tel âge.

Cette dernière est encore plus grande lorsque le nom de la superstar en question est celui de Michael Jordan. Si Kobe Bryant et LeBron James se sont à juste titre révélés être de dignes successeurs de His Airness, d’autres jeunes talents ne sont pas parvenus à assumer le titre de futur MJ. Coup de projecteur sur la carrière de ces grands espoirs rapidement tombés dans l’oubli.

Publicité

Harold Miner (1992)

Le 1er février 1990, alors même que Jordan n’a pas encore remporté de titre NBA, Harold Miner se voit décerner le surnom de « Baby Jordan » dans les colonnes du Los Angeles Times. L’arrière réalise alors une saison freshman de qualité à USC, et laisse apparaitre des flashs du talent (et surtout du hangtime) de MJ. Sélectionné en 12ème position de la Draft 1992, il remportera à son crédit 2 Dunk Contests, mais quittera la ligue seulement 4 ans plus tard, notamment à cause de blessures à répétition au genou.

Publicité




Felipe López (1998)

Felipe López n’a pas attendu de débarquer à l’université pour voir son nom relié à celui de Michael Jordan. Sensation du circuit high school new-yorkais, l’arrière dominicain est annoncé comme le futur Jordan en 1993, et fait la Une de Sports Illustrated dès l’année suivante. Après quatre saisons passables à l’université de St John’s, il débarque en NBA en tant que 24ème pick de la Draft 1998. 4 années et autant de franchises traversées dans la ligue plus tard, il rejoint l’Espagne dans un anonymat quasi-total.

Publicité

Rashad McCants (2005)

Le cas de Rashad McCants est singulier dans cette liste, puisqu’il s’auto-proclamait déjà comme le futur Jordan en tant que simple enfant. Son père n’a fait que propager cette appellation par la suite, qui l’a bien évidemment collé lorsqu’il a rejoint la fac de North Carolina. 14ème joueur sélectionné lors de la Draft 2005 après un cursus universitaire encourageant, il ne s’éternisera que 4 saisons en NBA, avant d’enchainer les passages aux Philippines, en France (à la SIG), en Chine, au Brésil, au Liban puis au Venezuela. Il fait désormais le bonheur de Trilogy, équipe de Big 3.

Lire aussi : Les 10 meilleurs joueurs non-draftés

Source de motivation extrême pour certains, le surnom de « futur Michael Jordan » est rapidement devenu un véritable fardeau pour ces trois grands prospects. De quoi vacciner plusieurs journalistes d’utiliser le jeu des comparaisons pour les grandes pépites du circuit.

Classements (NBA) Michael Jordan NBA 24/24

Toute l'actu NBA