Publicité

NBA – L’autre franchise où Michael Jordan aurait pu revenir en 2001 au lieu des Wizards

La légende française des San Antonio Spurs, Tony Parker (gauche), ici en duel face à l’icône des Chicago Bulls, Michael Jordan, durant son passage aux Washington Wizards
D. Clarke Evans

Si Michael Jordan est revenu en NBA au début des années 2000 en signant à Washington, une autre franchise a tenté de récupérer le GOAT au dernier moment. Et ça aurait pu changer pas mal de choses dans la ligue…

Publicité

Alors que toute la planète basket pensait avoir dit adieu à Michael Jordan sur son iconique shoot dans le Game 6 des Finales 1998, le GOAT n’a pas pas su résister à l’appel du jeu plus de trois ans. Le 23 septembre 2001, à l’aube de ses 39 bougies, il revenait aux affaires du côté de Washington, pour deux saisons contrastées.

C’est pourtant à Dallas que Sa Majesté aurait pu atterrir. Notamment si un certain Mark Cuban, fraîchement propriétaire de l’équipe, avait réussi à le convaincre, ainsi que son agent David Falk.

Publicité

Invité de la radio 105.3 The Fan, Mark Cuban révélait comment il a tenté de récupérer Michael Jordan dans ses rangs :

Le jour où il a signé avec les Wizards, David Falk m’a dit : « Pourquoi ne vas-tu pas le rencontrer ? » Je me suis donc rendu au bureau de Falk, et tous les papiers étaient là. J’ai essayé de convaincre MJ de ne pas les signer, mais plutôt de faire quelque chose avec les Mavs.



Un peu de contexte à présent. Au début des années 2000, les Mavericks d’alors étaient arqués autour de Steve Nash, Dirk Nowitzki et Michael Finley. Lors de la saison 2001-2002, qu’ils ont donc dû jouer sans MJ qui a finalement bel et bien signé aux Wizards, ils ont réussi un bilan de 57 victoires pour 25 défaites, s’inclinant en demi-finales de conférence face aux Kings de Chris Webber. Pas mal, non ?

Publicité




L’année suivante fut encore plus fructueuse, avec la barre des 60 victoires atteinte, pour une place en finale de conférence et une défaite face aux futurs champions : les Spurs. Dans ce contexte, on ne peut qu’imaginer ce que la présence de Michael Jordan aurait apporté à ce groupe lors de ces deux saisons.

Aurait-il accepté un rôle moindre pour aller chercher une nouvelle bague ? Les Mavs auraient-ils pu saborder le three-peat des Lakers en 2002 ou la première bague de Tony Parker en 2003 ? Tout ça restera un gros « what if », assez intriguant il faut le reconnaître.

Publicité

Michael Jordan aux Mavs ? Ça parait fou au début, mais on se plaît à l’imaginer driver Steve Nash et Dirk Nowitzki vers les sommets. Ce Dallas là aurait eu une sacrée gueule…

En direct : toute l'actu NBA