NBA – Quand LeBron a lui aussi connu sa « Last Dance »

Ben Margot

Si la dernière danse de Michael Jordan aux Bulls reste on ne peut plus mythique et fait actuellement la Une des médias, LeBron James a lui aussi connu une situation similaire à Cleveland, comme se remémore Kevin Love.

Publicité

Les parallèles ne semblent jamais s’être autant dressés entre Michael Jordan et LeBron James qu’à l’heure actuelle, alors même qu’aucun des deux n’occupe les parquets de la ligue. Des points de ressemblance dans l’excellence de leurs performances, surtout, qui leur permettent de voir leur nom figurer dans l’ensemble des débats autour du GOAT.

Ces dernières semaines, c’est la « Last Dance » de MJ qui fait l’objet d’un décryptage sans précédent, notamment rendu inévitable par la diffusion du documentaire éponyme. Cette dernière saison du numéro 23 aux Bulls fait entièrement partie de sa légende, et figure même certainement comme l’un des plus beaux et mémorables chapitres de son immense carrière.

Publicité

Mais puisque l’heure est au rapprochement entre His Airness et son plus grand rival dans les classements all-time, Jason Lloyd de The Athletic n’a pas pu résister au jeu des comparaisons. Le journaliste, à la vision de TLD, ne pouvait pas s’empêcher de relier cet exercice 97-98 de Jordan à Chicago, à la saison 2017-18 de LeBron à Cleveland. Une vision partagée par Kevin Love, interrogé par ses soins, qui se doutait de la fin du règne du King dans l’Ohio.

Oui, cela se sentait qu’on arrivait au bout de l’histoire. J’ai toujours eu ce pressentiment, et il s’est vraiment confirmé à l’approche de la trade deadline. Quand j’ai vu qu’on tradait un nombre incroyable de joueurs à la deadline, je savais que ça allait se terminer comme ça.

Lire aussi | Michael Jordan influencé par LeBron James pour The Last Dance ?

Publicité

Alors coéquipier de LeBron depuis près de quatre saisons, Love connait parfaitement la personnalité de son leader, et sa capacité à décider des mouvements effectués par le front office. Voyant douze joueurs débarquer entre le début de la free agency et la trade deadline, l’intérieur n’a pas mis longtemps à comprendre le tournant qui s’annonçait.

Bron est incroyablement intelligent, puissant et laisse penser qu’il a toujours le contrôle des choses et le sens de l’anticipation. Il voulait tout savoir et avoir un semblant de rôle de dirigeant. À ce moment-là, on essayait déjà de reconstruire pour l’avenir.

Publicité

Un processus de reconstruction débuté dès l’été précédent, avec le départ de Kyrie Irving. Le lieutenant de luxe de James, à l’image de Scottie Pippen aux Bulls, avait menacé ses dirigeants de subir une opération s’il n’était pas tradé. Contrairement à Pippen, le meneur a lui bien fait ses valises, pour le plus grand regret de Love.

J’aurais vraiment aimé nous voir effectuer un dernier run avec lui, pour voir de quoi on aurait été capable. Je pense qu’on aurait été on ne peut mieux placer pour effectuer un dernier gros run. Même si cela aurait été, pour tous les deux, leur dernière année à Cleveland. Ça aurait été sympa de voir ce dont on aurait été capable.

Publicité

À l’inverse de Michael Jordan, LeBron James n’a pas pu compter sur son meilleur coéquipier pour ce qui s’annonçait très tôt comme sa dernière danse à Cleveland. Une rare divergence dans la comparaison entre les deux légendes, qui a cependant eu son importance dans le parcours final du King avec les Cavs.

Les dernières actualités