NBA – Pourquoi Scottie Pippen est meurtri et déçu par The Last Dance

Scottie Pippen
Gary Dineen

Alors que The Last Dance devait consacrer sa place dans l’histoire, Scottie Pippen ressort du documentaire avec un goût amer. L’ancien acolyte de Michael Jordan serait même meurtri par le portrait qui a été dressé de lui.

Publicité

Pas facile de satisfaire tout le monde. Si The Last Dance a été acclamé par la critique et par les fans, il a relancé quelques vieilles rancœurs entre les uns et les autres. Michael Jordan a par exemple été critiqué par Isiah Thomas, Craig Hodges ou encore Horace Grant, mais c’est de Scottie Pippen qu’il est question ici.

L’éminente journaliste d’ESPN Jackie McMullan note que si Pip a été très discret dans les médias durant tout le documentaire, c’est tout simplement parce qu’il est « déçu » et « meurtri » de la manière dont il a été évoqué d’après ses proches. Alors pourquoi ?

Publicité

Oui, dès les premiers épisodes, Michael Jordan rend hommage à son lieutenant en expliquant que sans lui, il n’aurait gagné aucun titre. Et que « quand les gens évoquent Michael Jordan, ils doivent évoquer Scottie Pippen ». Mais MJ traite aussi Pip d' »égoïste » pour sa gestion de la saison 1997-1998. Un épisode douloureux, longuement couvert par The Last Dance.

De la même manière, le réalisateur s’attarde particulièrement sur la fameuse migraine de Scottie Pippen, qui a coûté aux Bulls le Game 7 face aux Pistons en 1990. Un aveu de faiblesse selon Jordan, dont l’agent a encore tancé Pip à ce propos tout récemment.

Vient aussi l’épisode du refus de jouer les ultimes secondes d’un match face aux Knicks en 1994 après avoir découvert que le tir avait été donné à Toni Kukoc. Une séquence à laquelle, maladroitement, Pippen répond qu’il referait pareil aujourd’hui.

Lire aussi | Comment l’ex-femme de Scottie Pippen profitait de son argent dans son dos

Publicité

Tout ça mis bout à bout donne l’impression au mythique numéro 33 qu’il n’a pas été dépeint de manière juste, même si son match héroïque lors des Finales 1998 est bel et bien mis en avant, tout comme son talent de basketteur et son apport global à la dynastie. Dennis Rodman explique :

J’aimerais qu’il se branle de ce que disent les gens sur lui, comme moi. Scottie était tellement sous-côté et sous-payé. Il devrait avoir la tête haute dans ce documentaire, encore plus que Michael Jordan. Les gens devraient se rappeler de lui comme un des tous meilleurs joueurs de l’histoire, mais personne n’a jamais vraiment su le voir. Il était trop silencieux, et toujours à côté de Michael Jordan.

Publicité

Car là est la grande différence entre His Airness et Scottie Pippen : la sensibilité. Pip, lui, a des sentiments. Parfois peut-être trop. Et il peut rapidement être blessé en son for intérieur et voir sa susceptibilité prendre le dessus. A l’évidence, c’est à nouveau le cas avec The Last Dance.

Alors que Steve Kerr, Bill Wennington, Will Perdue, BJ Armstrong et une quantité innombrable d’anciens Bulls défilent dans les podcasts et émissions pour donner leur ressenti et quelques anecdotes supplémentaires, c’est silence radio chez Scottie Pippen. Pas même un tweet.

Publicité

C’est bien regrettable pour un tel projet, mais Scottie Pippen ne gardera probablement pas un grand souvenir de The Last Dance.

Publicité

Dernières actualités