NBA – « Le racisme ? Wilt est la plus grande pleureuse de l’histoire de la ligue »

Wilt Chamberlain sous le maillot des Lakers
DR

Si les problèmes de racisme sont aujourd’hui traités à bras le corps en NBA, et si les joueurs font corps derrière cette cause, il fut un temps où les choses étaient… différentes. Wilt Chamberlain peut en témoigner.

Publicité

Dans les premières années de la ligue, et jusqu’au milieu des années 1970, le racisme a évidemment joué un rôle prépondérant, bien plus que dans la NBA actuelle. A cause de la ségrégation, déjà, encore en vigueur dans de nombreux Etats, et à cause de mentalités bien différentes et plus hostiles envers les afro-américains.

Dans les années 1950, il était ainsi fréquent que les joueurs blancs et noirs d’une même équipe ne dorment pas dans le même hôtel, à cause de la distinction opérée dans de tels établissements. Bill Russell en garde de douloureux souvenirs, tout comme un certain Wilt Chamberlain.

Publicité

Pourtant, une autre grande figure de l’époque, le Hall of Famer et mythique meneur des Celtics Bob Cousy, voit les choses de manière tout à fait différente. Alors qu’il approchait la fin de sa carrière, voici ce qu’il répondait aux propos de Wilt, qui s’estimait maltraité car noir :

Durant mes 10 ans en NBA, je n’ai pas vu un préjudice racial une seule fois. Il y a plus de 100 joueurs noirs qui ont fait des essais ou qui ont joué pour des clubs de la ligue et je n’ai jamais entendu une telle plainte de leur part.

Lire aussi | La ligne de stats inhumaine qu’aurait fait Wilt Chamberlain

Chamberlain a l’impression d’être bousculé par tout le monde dans la NBA. Le gars tourne à 36 points par match, brise les records de rebonds, et tire plus de lancers francs que quiconque. Il est la plus grande pleureuse qu’on ait jamais vu dans la ligue. Mesurant 1m90, il est dur pour moi de plaindre quelqu’un qui mesure 2m15.

Autant dire que pour la compassion, on repassera. Par ailleurs, Cousy évoque des sujets pas franchement liés aux plaintes initiales de Wilt, qui expliquait par exemple qu’il était souvent secoué par ses adversaires, mais se restreignait de toute violence de peur que ses actions soient ensuite rapportées à sa couleur de peau.

Publicité

Bob Cousy a pourtant longtemps été une voix qui compte dans l’anti-racisme après sa carrière, et on peut penser que les années passant et le contexte évoluant, il a fait évoluer son point de vue pour devenir plus tolérant. Il avait d’ailleurs écrit une poignante lettre à Bill Russell, s’excusant de ne pas l’avoir autant défendu qu’il l’aurait dû durant leurs années à Boston…

Publicité

Si Bob Cousy a fini par ouvrir les yeux, ses propos de l’époque témoignent de la difficulté pour les joueurs noirs dans l’ancienne NBA. De quoi encore plus respecter Wilt, Russell et les autres…

Déclarations NBA 24/24 Wilt Chamberlain

Les dernières actualités