NBA – Le Revenge Game incroyable de Michael Jordan… que personne ne connaît

0

À peine arrivé dans la ligue, Michael Jordan affichait déjà un tempérament de compétiteur hors norme. Il n’a donc pas tardé à passer sa frustration sur une équipe et un adversaire qui l’avaient bien embêté lors de leur première rencontre.

Publicité

Parmi les innombrables légendes que renferment les livres d’histoire de la NBA, les « revenge games » ont facilement trouvé leur place. Ces rencontres, où une star vient régler un contentieux avec son ancienne équipe ou avec un adversaire qui avait pris le dessus lors de leur précédent affrontement, possèdent en effet toute la dramaturgie nécessaire pour y figurer.

En tant que compétiteur le plus féroce all-time, il est tout logique de retrouver Michael Jordan parmi les auteurs de ces matchs revanchards. The Last Dance a pu démontrer l’irascibilité que le numéro 23 pouvait afficher, mais surtout sa capacité à passer sa frustration sur les parquets. Un trait de caractère qu’il affichait en réalité dès sa première saison dans la ligue.

En effet, pour son 5e match dans la cours des grands, MJ se voit confronté aux Nuggets, et plus particulièrement à T.R. Dunn. Si ce nom ne vous dit rien, sachez simplement cet arrière sortait de 3 saisons consécutives en tant que membre d’une All-NBA Defensive Team. Pour faire court, il était avant tout réputé pour ses talents de défenseur extérieur, et ne comptait donc pas laisser un rookie lui dicter sa loi.

Dans une McNichols Sports Arena remplie pour la venue du jeune prodige des Bulls, sa volonté d’éteindre ce dernier n’en était que décuplée. Et c’est finalement ce qui va (en partie) se produire. Malgré quelques paniers et fautes concédées à son adversaire direct, Dunn parvient à amoindrir l’impact de Jordan sur la rencontre.


Lire aussi | Le « revenge game » méconnu de Kobe Bryant

Le produit de North Carolina termine ainsi avec 17 points, 5 rebonds, 5 passes et 2 ballons perdus dans la défaite des siens 113-129. Cette sortie ne représentera finalement que l’une des 9 prestations de sa saison rookie à 19 points ou moins. Vous l’aurez compris, il avait de quoi être agacé après la rencontre, même si, encore une fois, celle-ci n’était que la 5ème de sa carrière professionnelle.

Publicité

Il n’allait donc forcément pas la laisser passer et l’oublier aussi facilement. Deux mois plus tard, Bulls et Nuggets se retrouvent cette fois-ci au Chicago Stadium, avec un Jordan qui a quelques comptes à régler. Comme le raconte son ancien assistant coach Fred Carter à ESPN, ce n’était pas une blessure qui allait le stopper dans sa quête de vengeance.

Il n’avait pas oublié. Quand Denver est venu chez nous, Michael s’est blessé à la cheville dans le 3e quart-temps, et on voulait qu’il mette un terme à son match puisqu’on menait. Il n’arrêtait pas de dire : «  Je dois continuer. Je dois continuer. » Et il y est retourné et a fini avec un triple-double sur T.R. Dunn. Message reçu.

Le lendemain, à l’entraînement, j’ai dit : « Michael, vas-y doucement. Laisse ta cheville guérir. » Je n’oublierai jamais ce qu’il m’a dit : « Non, je ne peux pas, Coach. Je perdrais mon rythme. » Et il s’est entrainé dur ce jour-là sur une cheville avec laquelle personne n’aurait voulu jouer.

35 points (11/16 au tir), 14 rebonds, 15 passes, une victoire des siens 122-113 : Mike avait bien obtenu sa revanche… au prix d’une cheville.

Contenir Jordan offensivement, même durant l’un de ses premiers matchs en NBA, n’était donc définitivement pas une bonne idée pour la suite. Allez plutôt demander au solide défenseur des Nuggets T.R. Dunn.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.