Publicité

NBA – Chaque fois que Jordan a pris quelque chose personnellement dans The Last Dance

michael jordan chicago bulls
(DR)

L’histoire nous l’a appris à de nombreuses reprises : il ne faut jamais énerver Michael Jordan, au risque de subir une défaite cuisante. Dans The Last Dance, MJ a avoué à 11 reprises qu’il avait été touché personnellement par certaines attitudes, et le résultat à toujours été le même : il s’est surpassé.

Publicité

Si Kobe Bryant a sa légendaire « Mamba Mentality », rien n’est jamais venu qualifier officiellement l’approche de Michael Jordan du jeu… Certains l’appellent « l’instinct du tueur », d’autres « l’esprit du gagnant », mais aucun terme ne fait consensus.

Chose particulièrement dommage, puisque sa mentalité est ce qui lui a permis de surmonter tous les obstacles dans sa carrière. Pire même, dès que quelqu’un le touchait dans son égo, ou lui manquait un tout petit peu de respect, MJ se surpassait pour laver l’affront qui lui avait été fait.

Publicité

Les exemples sont nombreux tout au long de son illustre carrière. On peut par exemple parler du méconnu « Con Game », ce fameux match au cours duquel His Airness a détruit les Knicks en réponse aux attaques du coach Jeff Van Gundy, qui l’avait traité d’escroc…

D’ailleurs, le documentaire évènement The Last Dance a parfaitement illustrer la capacité qu’avait Michael Jordan à se servir des petites attaques à son égard pour se motiver. Au cours des 10 épisodes, MJ a déclaré à 11 reprises s’être senti touché personnellement par certaines attitudes. Les voici :

Publicité

  • Quand Jerry Krause a déclaré que le front office était à la base du succès de toute franchise. Avant même les joueurs.
  • Quand son père lui a dit qu’il ne serait jamais personne dans la vie parce qu’il ne savait pas se servir d’outils, contrairement à son frère doué pour les travaux manuels.
  • Quand il a été comparé à Clyde Drexler au début de sa carrière.
Lire aussi | Comment Michael Jordan se sert de The Last Dance pour motiver ses Hornets
  • Quand le journaliste Ahmad Rashad lui a demandé qui devait prendre le tir de la gagne pour la Dream Team en cas de besoin.
  • Quand Charles Barkley a reçu le titre de MVP au terme de la saison 1993.
  • Quand Jerry Krause a exprimé son amour pour Dan Majerle et son talent pour La Défense.

Publicité




  • Quand BJ Armstrong, son ancien coéquipier passé chez les Hornets, a célébré sa victoire sur le parquet des Bulls en playoffs. 
  • Quand George Karl, coach des Sonics, l’a ignoré au restaurant avec un match des Finales 1996.
  • Quand les Pacers ont commencé à jouer très dur et à lui mettre des coups comme les Bad Boys de Detroit.
  • Quand Karl Malone a été élu MVP en 1997.
  • Quand Byron Russell l’a traité de vieux et de nul pendant sa première retraite sportive. 

Publicité

Cette attitude est définitivement unique. S’énerver parce que le GM aime le profil de Dan Majerle, c’est quand même assez extrême…

Feed NBA 24/24