NBA – Karl Malone dégomme Shaq et Charles Barkley

0

Dans des années 1990 où les big men étaient rois, Shaquille O’Neal, Charles Barkley et Karl Malone se sont souvent livrés de gros duels sous les panneaux. En 2012, ce dernier avait d’ailleurs sérieusement critiqué la défense de ses deux homologues sur lui.

Publicité

Si les gros affrontements entre big men se font beaucoup plus rares de nos jours, ils étaient monnaie courante il y a encore une vingtaine d’années de cela. Le nom de leurs principaux protagonistes et le prestige qui les accompagne suffit d’ailleurs à mettre en exergue cette différence d’époque : Hakeem Olajuwon, Charles Barkley, Shaquille O’Neal et Karl Malone.

Tous les quatre MVP à au moins une reprise dans leur carrière, ces intérieurs ont fait les belles heures de la NBA dans les années 1990, et résisté à la montée en puissance des arrières portée par Michael Jordan. Pour tirer son épingle face à ses plus féroces rivaux dans la peinture, Karl Malone avait en particulier développé une arme : le jeu sur pick & roll.

Son association légendaire avec John Stockton dans l’attaque du Jazz reposait en grande partie sur cette composante du jeu. Pour beaucoup, le duo aurait même atteint une perfection jamais revue depuis dans l’exécution de ce simple système. Celui-ci leur a en tout cas permis de régner sur la conférence Ouest durant la fin de la décennie.

Leur alchimie les a ainsi portés à deux reprises jusqu’en Finales NBA, en 1997 et 1998, sans pour autant parvenir à décrocher le titre. La faute à des Bulls et à un Jordan en mission. Néanmoins, si ces derniers sont parvenus à trouver la parade ces deux années-là, les franchises de l’Ouest ne pouvaient pas en dire autant.

Rockets et Lakers, dans lesquelles figuraient respectivement Charles Barkley et Shaquille O’Neal, se sont par exemple à chaque fois heurtées à l’obstacle Utah en playoffs. Des résultats qui tiendraient leur explication dans l’incapacité des deux stars à contenir le fameux pick & roll, comme l’expliquait Malone de façon crue sur le plateau de NBA TV en 2012.

Lire aussi | Quand Karl Malone refusait de jouer contre Magic Johnson

Publicité

Le pick & roll est conçu de sorte à mettre la pression sur les joueurs qui ne voulaient pas le défendre. Ouais, je vais donner des noms. Shaquille O’Neal et Charles Barkley étaient les pires big men à avoir jamais défendu le pick & roll ! Et on adorait ça, remonter le parquet, puis leur faire jouer le pick & roll parce qu’ils ne voulaient pas l’affronter.

Pour le coup, le Mailman n’y était pas allé avec le dos de la cuillère. Les séries opposant le Jazz aux Rockets et aux Lakers vont cependant dans son sens. Jamais les hommes de Jerry Sloan n’ont laissé plus de deux victoires à leurs adversaire sur les quatre séries qui les ont vus affronter ces deux franchises en 1996 et 1997 !

Pour le Shaq’, son manque de mobilité peut en partie expliquer sa mauvaise défense sur ce type d’actions. Le Chuckster, lui, se voulait beaucoup plus vif (et moins lourd) durant la majorité de sa carrière, mais affichait déjà 33 et 34 ans au compteur à cette période. Autant de raisons qui ont poussé Karl Malone et le Jazz à abuser du pick & roll face à eux, avec succès.

Oubliez le respect entre illustres compères des raquettes NBA : Karl Malone était venu lâcher des noms sur le plateau de NBA TV, et a démonté dans les règles de l’art la défense de Shaquille O’Neal et Charles Barkley sur pick & roll. Ouch.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.