NBA – Le Big Three de feu que l’ex-coach des Suns voulait monter

Devin Booker va connaître son cinquième coach en 5 ans
(crédit : DR)

Depuis de nombreuses années maintenant, les Suns arpentent les profondeurs de la conférence Ouest. Mais la montée en puissance aperçue dans la bulle aurait pu démarrer bien avant, si les dirigeants avaient écouté les conseils d’Earl Watson, ancien coach de la franchise… Avec un tel Big Three, Phoenix aurait fait mal !

Publicité

C’est l’une des plus grosses surprises de la bulle : les Suns ont été la seule équipe avec un bilan immaculé lors des 8 derniers matchs de saison régulière ! Si cette grande forme ne leur a pas permis de rejoindre les playoffs, la franchise du désert a enfin quelques certitudes pour l’avenir. Monty Williams est un bon entraineur, et Devin Booker une future superstar.

Et cela faisait bien longtemps que Phoenix n’avait pas eu de quoi s’enthousiasmer pour son équipe de basket… En effet, depuis la saison 2010-2011, les Suns n’ont jamais fait mieux que la 9ème place de la conférence ouest ! Sur la période, les dirigeants ont engagé 7 entraineurs différents, pour un résultat toujours similaire : des playoffs manqués.

Publicité

Parmi eux se trouve Earl Watson, ancien meneur fort de 13 saisons passées en NBA… Engagé en 2015-2016, puis viré sur la saison 2017-2018, Watson avait visiblement des idées pour sortir Phoenix de la galère, mais ses dirigeants ne l’ont pas écouté. D’après ses mots dans le podcast de Gilbert Arenas, il voulait monter un incroyable Big 3 dans le désert.

J’ai assisté à l’entrainement de Jayson Tatum avant la draft. Je n’ai jamais rien vu de tel. Il commence la séance par des tirs à 3 points dans le corner. Il en met 40 de suite ! J’ai pensé à tous les grands tireurs que j’ai côtoyé, et j’ai vu qu’il était un scoreur naturel. Le propriétaire l’a arrêté pour qu’il fasse autre chose. Je voulais voir jusqu’où il pouvait aller, ça en dit long sur le joueur.

Publicité

Il commence à sortir des combos, je vois qu’il bouge bien, que pour chaque dribble, il peut les amener de 3 ou 4 façons différentes. Un shooteur comme lui, qui est imprévisible et sait tout faire, c’est dangereux. Je voulais trouver un moyen de l’associer à Devin Booker ! Cela nous aurait offert de belles alternatives offensives.



Nous n’aurions peut-être pas été bons en défense, parce que les deux étaient très jeunes à l’époque, mais les équipes auraient du marquer 130 points tous les soirs pour nous battre. Et c’est la même chose pour Jamal Murray ! J’ai parlé avec lui, je l’ai vu, et s’il n’a pas été aussi bon que Tatum, j’ai vu qu’il pouvait tirer. Il avait tout d’un pro.

Publicité

Certains joueurs ne sont pas forts à l’entrainement, mais déchirent tout en match. C’est son cas. Je l’ai vu chez les jeunes avec le Canada quand il détruisait Team USA. Je voulais savoir ce qu’il avait dans la tête. Il m’a dit que son père l’avait entrainé à méditer depuis ses 5 ans. Tous les jours de match, il médite et baisse son rythme cardiaque.

Je me suis demandé comment on pouvait le prendre aussi ! Il était incroyablement en avance sur son âge, il était si calme à l’époque, je savais que personne ne pourrait le perturber sur le terrain. Son succès actuel ne me surprend pas…

Publicité

Imaginez simplement un trio Jamal Murray, Devin Booker, et Jayson Tatum ! Il y a fort à parier que les Suns n’auraient pas été dans les bas fonds du classement bien longtemps. Malheureusement pour les fans, Jayson Tatum a été choisi un choix avant les Suns lors de la draft 2017, et en 2016, les dirigeants ont préféré Dragan Bender à Murray !

Parfois, les dirigeants feraient bien d’écouter les recommandations de leur entraineur lors de la draft… Dragan Bender n’est plus en NBA alors que Jamal Murray prend la ligue d’assaut. Il y a de quoi avoir des regrets.

Les dernières actualités