Publicité

NCAA/NBA – L’hallucinant mini-joueur d’1m57 qui étrille les défenses

Le meneur de poche de l’équipe NCAA de UMBC, Darnell Rogers, face aux LSU Tigers de Emmitt Williams
Bill Feig / Stephen Lew

Le nom de Darnell Rogers ne vous est pas encore familier ? Il est temps de rattraper votre retard, et de découvrir le profil hors du commun de ce meneur… d’1m57 qui cartonne en NCAA.

Publicité

L’adage populaire veut que le basket est un sport de grand. Celui-ci se vérifie dans les chiffres, puisque la taille moyenne d’un joueur NBA était d’1m98 la saison dernière, et constituait la plus faible enregistrée dans la ligue depuis 40 ans. Néanmoins, impossible de statuer que le basket est un sport « réservé » aux grands.

Muggsy Bogues reste la meilleure exception à cette règle trop souvent prise pour acquis. Mesuré à 1m60, le mythique meneur des Hornets a su s’imposer en tant que titulaire au plus haut niveau mondial, et ce, durant les années ’90 réputées pour leur jeu physique. Qui sait, peut-être que Darnell Rogers se base sur la carrière de Muggs pour mener la sienne.

Publicité

Ce nom n’évoquera pas grand chose chez la plupart des fans de NBA, même les plus assidus. Et pour cause, puisqu’il n’est pas forcément plus connu des observateurs de NCAA, dans laquelle il évolue. Et pourtant. Sur le papier, le meneur de 20 ans a toutes les raisons d’être suivi, avec des moyennes de 14.0 points, 4.3 passes et 3.4 rebonds la saison dernière.

Mais pourquoi s’attarder sur son profil, et sur ses stats somme toute plutôt communes dans la ligue universitaire ? Car Rogers culmine de son côté à… 1m57. Malgré un talent flagrant affiché durant son cursus lycéen, sa petite taille l’a privé d’offres de bourse de grandes universités. C’est donc la fac méconnue de UMBC qui savoure ses performances depuis un an.

Publicité

Certes, la division AEC dans laquelle il évolue est loin d’être la plus relevée de NCAA. Certes, il n’a disputé que 7 rencontres sur l’exercice 2019-20, dont 6 en tant que titulaire. Tout cela ne l’a pourtant pas empêché de prendre part à de belles rencontre… et d’y briller. Sa prestation face à LSU, et son secteur intérieur XXL, en est la meilleure preuve.



Publicité




Avec 3 matchs à plus de 20 points – dont un face à son ancienne équipe de Florida Gulf Coast – et des pourcentages de 44.6% au tir et 42.2% à 3 points, Rogers peut-il dès lors envisager un avenir en NBA ? Cela parait hautement improbable. Sa saison sophomore, vierge de toute rencontre disputée à cause de son transfert, ne plaide pas plus sa cause.

Mais au vu de sa courbe de progression ahurissante, le lefty peut encore espérer livrer un exercice senior de haute volée, et pourquoi pas créer la surprise dans la Draft 2021. Il n’est pas impossible qu’un scout adopte la même réaction époustouflée que Tracy McGrady devant ses exploits, et se dise lui aussi que, finalement, « ce n’est pas la taille qui compte ».

Publicité

Malgré un désavantage physique évident, Darnell Rogers flambe en NCAA, et face aux meilleures facs du pays. L’avenir dira s’il aura l’occasion de faire de même dans une NBA de plus en plus « petite ».

Buzz NBA 24/24 NCAA

En direct : toute l'actu NBA