NBA – La stat méconnue et ultra-favorable à Jordan dans le débat du GOAT

Michael Jordan est heureux
(DR)

Dans une course au GOAT plus disputée que jamais, les fans de Michael Jordan vont pouvoir s’appuyer sur un nouveau chiffre qui plaide grandement la cause de His Airness.

Publicité

Le bilan de 6 victoires en 6 Finales NBA disputées ? Vu et revu. Le palmarès ultra-complet, aussi bien offensivement qu’offensivement ? Rien de nouveau sous le soleil. Les arguments de Michael Jordan pour le statut de GOAT sont nombreux, et en font l’un des, si ce n’est le principal prétendant pour le recevoir à l’heure actuelle.

Mais tandis que le souffle de LeBron James se veut de plus en plus insistant sur la nuque de MJ, ses soutiens dans ce débat ne cracheront certainement pas sur une nouvelle stat qui illustre la grandeur de leur poulain. Cela tombe bien, puisqu’un internaute a livré deux chiffres impressionnants sur l’impact de His Airness dans les deux derniers titres des Bulls.

Publicité



Les deux supporting-casts les moins productifs en matière de scoring dans une équipe championne (en Finales, NDLR)

Les Bulls de Jordan 1996-97 : 54.5 points par match
Les Bulls de Jordan 1997-98 : 55.5 points par match

Pas d’excuses. Il a quand même fait le boulot…

Publicité

Malgré des coéquipiers vieillissants et peu productifs au scoring, la légende de Chicago est en effet parvenue à conduire la franchise à deux reprises jusqu’au sacre suprême grâce à ses performances détonnantes. Mais si ces deux statistiques font la part belle au talent de leader et de machine offensive de Jordan, elles se doivent également d’être nuancées.

La fin des années ’90 ne voyait pas les franchises NBA privilégier l’attaque. Les Bulls de ’97 et ’98 représentent ainsi les 3ème et 4ème équipes championnes les moins prolifiques dans l’histoire des playoffs, avec respectivement 92.5 et 93.1 points par match sur leur run. Il n’en reste pas moins que l’attaque reposait avant tout sur Mike, qui s’exécutait à merveille avec environ 40% des points inscrits par Chi-Town en Finales.

Publicité

Pas d’aide au scoring, pas de problèmes pour Michael Jordan, qui se chargeait de punir les équipes adverses à lui seul en 1997 et 1998. Le Jazz en sait quelque chose.

Chicago Bulls Michael Jordan NBA 24/24 Stats, records

Les dernières actualités