Publicité

NBA – « La défense c’est comme ta mère, l’attaque c’est comme ta copine »

Le meneur NBA des Golden State Warriors, Stephen Curry, choqué en apprenant qu'un célèbre analyste était prêt à trader un de ses coéquipiers pour une boîte de cookies
NBA (DR)

Si la NBA n’a jamais été aussi offensive que ces dernières années, la défense reste évidemment une part prépondérante du basket. Et pour le faire comprendre à ses coéquipiers, un jour réputé en la matière a trouvé une technique pour le moins originale…

Publicité

Il ne faut pas s’y tromper : si la NBA est populaire auprès d’une bonne partie du grand public pour ses highlights offensifs, la défense demeure prépondérante pour espérer quoi que ce soit dans le haut du panier, une fois les playoffs venus. C’est d’ailleurs pour ça que la ligue est encore peuplée de nombreux spécialistes défensifs, au rang desquels figure un certain… Patrick Beverley.

Connu pour sa hargne et son côté pitbull sur les parquets, le teigneux meneur originaire de Chicago ne recule devant rien pour désarçonner les attaquants adverses. Il faut dire que Pat Bev a sa propre vision des choses pour se motiver, et il est allée la chercher assez loin…

Publicité

Pat Bev frappe fort pour faire comprendre à ses coéquipiers l’importance de la défense

Récemment, le journaliste Chris Hine a relayé une savoureuse anecdote sur ce qu’a dit l’ancien des Clippers à ses coéquipiers du Minnesota pour leur faire comprendre l’importance de la défense :



Nate Knight a relayé une analogie que Patrick Beverley a récemment dite à l’équipe :

« La défense, c’est comme ta mère. L’attaque, c’est comme ta copine. Un jour elle est là, un jour elle est pas là. L’attaque ça dépend des fois, alors que la défense c’est quelque chose qu’on peut contrôler, qui vient du coeur et de la tête ».

Publicité




C’est très imagé, mais ça a le mérite d’être clair. Les Wolves en auront bien besoin, eux qui sont encore trop souvent sur courant alternatif en défense. La nuit dernière, par exemple, les coéquipiers d’Anthony Edwards ont concédé 120 points au Jazz, dans la défaite 120-108.

Publicité

Avec une telle analogie, on imagine que le message est clairement passé auprès de tous les joueurs des Wolves. Du leadership original… mais validé !

Déclarations Minnesota Timberwolves NBA 24/24 Patrick Beverley

En direct : toute l'actu NBA