La Premier League touchée par la guerre entre Russie et Ukraine !

Cristiano Ronaldo et Vladimir Poutine
Sky Sports Football / Figaro Live

Tandis que la guerre entre la Russie et l’Ukraine continue de faire rage après une dizaine de jours d’hostilités, les conséquences diverses et variées de cette situation exceptionnelle bouleversent toutes les facettes du monde ou presque… et même le sport. La Premier League, notamment, va ainsi être impactée dès ce week-end.

Publicité

« Le pire est encore à venir ». C’est par ces mots, bien peu optimistes, que l’Elysée a résumé le coup de téléphone entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine ce jeudi. En d’autres termes, la guerre entre Russie et Ukraine pourrait être amenée à durer, et ses conséquences à long terme, elles, sont déjà une certitude. Depuis le début de la crise, le sport a tenté de montrer l’exemple sur les terrains du monde entier, avec notamment une grande solidarité exprimée au peuple ukrainien.

Au niveau du business et des puissants personnages périphériques, en revanche, les choses sont plus tendues. La Premier League a ainsi déjà vécu une onde de choc avec la mise en vente de Chelsea par l’oligarque russe Roman Abramovich, en périlleuse situation ces derniers jours. Mais ce n’est pas tout.

Publicité

La Premier League suspendue en Chine !

Alors que les clubs du championnat anglais ont prévu de montrer un grand soutien à l’Ukraine durant les matchs du week-end, notamment en affichant le drapeau jaune et bleu de toutes parts et notamment sur les brassards de capitaine, la Chine, alliée de la Russie, a fait savoir qu’elle ne diffuserait aucune des 10 rencontres prévues. C’est ce qu’a révélé la BBC :

Les diffuseurs chinois de la Premier League ont fait savoir qu’ils ne diffuseraient aucun match de Premier League ce week-end à cause du soutien prévu en faveur de l’Ukraine, d’après des sources.



Une décision aux ramifications économiques majeures pour la Premier League, qui engrange des sommes monumentales grâce à la diffusion de son championnat dans l’Empire du Milieu. Ce boycott pourrait-il être amené à se poursuivre ? C’est probable tant que du soutien sera ostensiblement affiché envers l’Ukraine, et la PL pourrait avoir une décision bien délicate à prendre, entre déontologie et intérêts financiers.

Publicité

Dès les prémisses de la guerre, la Premier League a rapidement fait savoir qu’elle « condamnait totalement l’invasion de l’Ukraine par la Russie », et l’on sait depuis le mouvement Black Lives Matter que le foot anglais n’hésite jamais à se montrer démonstratif lorsqu’il s’empare d’une lutte. Et forcément, ça dérange de l’autre côté du globe.

Pour rappel, il s’agit de la deuxième fois que la Chine décide de suspendre la diffusion de la Premier League. Le premier cas de figure similaire avait eu lieu en 2019, quand Mesut Özil, alors joueur d’Arsenal, avait publié un post Instagram viral dénonçant le traitement des Ouïghours dans le pays de Xi Jinping. En signe de protestation, les Chinois avaient refusé de mettre à l’antenne la rencontre suivante, qui opposait les Gunners à Manchester City.

Publicité

En affichant son soutien sans faille à l’Ukraine, la Premier League pourrait mettre en péril un de ses marchés les plus fructueux – celui de la Chine. C’est ce qui s’appelle marcher sur des oeufs, dans cette période décidément pas comme les autres…

Multisports

Toute l'actu NBA