NBA – « Ça, c’est ce qui sépare les hommes des enfants dans notre ligue »

La superstar NBA des Los Angeles Clippers, Kawhi Leonard, s'est récemment vue défier par l'une de ses vieilles connaissances bien téméraire
NBA (DR)

La NBA est extrêmement compétitive, et il faut s’accrocher afin de pouvoir suivre elle rythme. D’après un multiple champion, en domaine en particulier permet de faire la différence entre les athlètes… et celui-ci est d’ailleurs sujet à discussions depuis quelque temps.

Publicité

La ligue a beaucoup changé sur ces dernières années, et pas seulement au niveau de player empowerment qui a renforcé la position des joueurs vis-à-vis des franchises. Depuis une décennie environ, une autre tendance s’est frayée un chemin au coeur des tactiques de jeu : le load management, permettant aux coachs de reposer leurs meilleurs joueurs de manière totalement impromptue pendant la saison régulière. Une méthode efficace pour les préserver, mais qui peut nuire au divertissement offert aux fans présent dans la salle lors des matchs.

Pour autant, cela n’empêche pas des stars comme Kawhi Leonard d’avoir régulièrement recours à ce genre de pratiques. Afin d’empêcher que cela ne s’intensifie, la NBA a notamment songé à réduire la densité du calendrier. Il a par exemple été question de passer de 82 matchs de saison régulière à seulement 75 rencontres. Une suggestion qui ne passe toutefois pas du tout auprès de certains grands noms de la balle orange. Andre Iguodala s’y est ainsi montré résolument opposé, sur le podcast d’Evan Turner :

Publicité

Andre Iguodala contre la réduction de matchs en saison régulière

On va continuer à jouer 82 matchs jusqu’en 3005. On ne peut pas changer la saison à 82 matchs. 82 matchs… il y a un côté mental à ça. C’est pourquoi nous parlons du rookie wall. Les records sont faits pour être battus, et au fur et à mesure que nous nous améliorerons, nous battrons d’autres records. Mais je pense qu’il y a une base dans tous les sports, vous devez perpétuer cette tradition… 82 matchs, je pense que ça sépare les hommes des enfants.



Le plancher de notre ligue représente la barre du strict minimum pour ce que doit être un joueur NBA, et les exigences à ce niveau ont baissé. Je pense que ça doit changer, et le côté mental doit faire partie de ce changement. Nous sommes de plus en plus jeunes, mais nous avions des hommes adultes qui jouaient tous les matchs ou presque. Je veux dire, John Stockton a manqué quoi, 15 matchs en 20 ans ?

Publicité

L’argument du quadruple champion est éloquent, surtout en faisant référence au légendaire meneur du Jazz, connu pour être un marathonien des parquets. Iggy pense que la ligue ne devrait pas rendre les choses plus faciles à ses joueurs, qui sont appelés à être des compétiteurs à toute épreuve. Une approche partagée par pas mal de ses pairs, comme Grant Hill par exemple. Il y a quelques semaines, celui-ci avait justement abordé le sujet au cours d’un entretien avec le MVP des Finales 2015 :

C’est presque comme ce que je disais à quelqu’un l’autre jour, « ok, maintenant nous allons changer les marathons parce que c’est si difficile de courir un marathon ». Sauf que non en fait, la saison est censée être difficile. Et une partie du défi est de rester en bonne santé et de construire une certaine résistance pour être dans cette situation dans laquelle vous êtes maintenant, où vous êtes en playoffs et en Finales. J’accepte donc à contrecœur la charge de travail, mais raccourcir la saison ? Non, j’ai un problème avec ça.

Publicité

Andre Iguodala et Grant Hill le disent clairement, il ne faut pas raccourcir la saison régulière à 82 matchs. Il s’agit là d’un test d’endurance essentiel à tout joueur NBA, alors établir un calendrier plus court équivaudrait à faciliter la tâche aux athlètes. Hors de question pour le vétéran des Warriors, notamment.

Andre Iguodala Déclarations Golden State Warriors NBA 24/24

Toute l'actu NBA