NBA – La réaction glaciale des 2 coachs au pétage de plomb de Rudy Gobert

NBA Rudy Gobert aux Timberwolves
NBA (DR)

Battus par le Thunder dans un match haché et marqué par plusieurs accrochages et fautes techniques, les Wolves continuent de patiner en ce début de saison. Pour rien ne arranger, l’expulsion de Rudy Gobert en début de partie a plongé le Français un peu plus dans le doute. Et les coachs respectifs de chaque équipe n’ont pas été tendres.

Publicité

Il n’y arrive toujours pas, et ça commence à devenir problématique. Alors que l’absence prolongée de Karl-Anthony Towns devait permettre à Rudy Gobert de s’affirmer dans la raquette, le Français peine à endosser le costume. Pire, alors qu’il réussissait un début de match convenable face à OKC (6 points et 6 rebonds en 9 minutes), le Français a été expulsé après avoir asséné une balayette à Kenrich Williams.

Naz Reid a brillamment assumé l’intérim des minutes manquantes du Français, mais l’épisode a entraîné un match houleux, qui a également vu D’Angelo Russell prendre la porte. Au final, ce match sera rapidement à oublier pour les T-Wolves, qui ont été vaincus par une équipe en plein tanking, qui passent en bilan négatif (11-12), et qui ont perdu leurs nerfs

Publicité

Les coachs pas tendres après le piètre spectacle

Après la rencontre, l’entraîneur Chris Finch s’est d’ailleurs montré laconique, dans un message qui visait notamment clairement Rudy Gobert et D-Lo :

Nos frustrations ont débordé et ont éclaté au grand jour. Clairement, ce n’était pas le match le plus mature de notre part.



De l’autre côté, le coach du Thunder Mark Daigneault a préféré rester dans le sous-entendu, tout en saluant l’attitude de Kenrich Williams :

Je ne préfère pas commenter sur la réelle intention de Rudy Gobert. J’ai vu ce que j’ai vu en temps réel, et ensuite j’ai fait confiance aux arbitres. Williams ? Il n’a peur de rien ni personne.

Publicité

Le message est clair : le facteur intimidation du géant Gobert ne marche pas sur « Kenny Hustle », comme il est surnommé par ses coéquipiers. Au final, ce sont ceux qui ont le plus su garder la tête froide qui l’ont emporté, comme le confirmait Jeremiah Robinson-Earl au micro de l’Oklahoman :

On a juste su garder la tête froide et notre unité pendant l’intégralité des 48 minutes. Et c’est ce qui était le plus important pour gagner ce soir.

Publicité

Soirée à oublier pour Minnesota, et plus particulièrement pour un Rudy Gobert qui traverses décidément une passe bien compliquée. Force au Français pour rebondir, et enfin trouver une place confortable dans cet effectif des Wolves…

Minnesota Timberwolves NBA 24/24 Rudy Gobert

Toute l'actu NBA