Blessé dès le début de sa saison rookie en 2014, l’ailier fort des Lakers se révèle progressivement. A seulement 23 ans, Julius Randle est (déjà) le plus ancien Angelino de l’effectif à l’heure actuelle. Lors de la réception des Cavs hier soir, il a clairement montré que Magic Johnson devra compter sur lui pour les années à venir.

Le Staples Center a eu l’honneur d’assister au meilleur match de la jeune carrière de Julius Randle, auteur de son record en carrière avec 36 points inscrits. La performance est certes moins impressionnante lorsqu’on se rappelle de la vigueur défensive de Cleveland, notamment dans la raquette. Mais à 23 ans, il n’y a pas de petit exploit. Toute forme de réussite est plus que bonne à prendre. Ajoutez à cela la bagatelle de 14 rebonds et 7 passes décisives, vous obtenez la preuve que le 7e choix de la draft 2014 est devenu un homme fort dans l’effectif de Luke Walton. Le contenu riche de son match n’a pas laissé ses coéquipiers indifférents.

« Quand on joue vraiment dur [comme lui], le reste vient automatiquement. Il a tout bien fait ce soir, au bon endroit au bon moment. Mais il peut faire ça tout le temps, s’il met tout son cœur à l’ouvrage. » constate Isaiah Thomas.

« Il a montré ce dont il était capable. Mais ce qu’il y a de plus fou, c’est qu’il peut encore être bien meilleur, notamment sur le travil défensif. » déclare son coach Luke Walton. « Il a été incroyable ce soir et il lui reste de quoi progresser. »

On sent bien que la trade deadline a profité à Julius Randle. Les départs de Clarkson et surtout de Larry Nance Jr. lui ont permis de glaner des minutes de jeu supplémentaires. Il joue environ 32,5 minutes par match depuis le 10 février, contre 25,4 minutes avant cela. Ce gain de temps de jeu lui permet d’hausser sa moyenne à 19,9 points sur les 10 derniers matchs. Il a également signé le premier triple-double de sa carrière avec 18/13 et 10 passes, face aux Mavericks.

Par ailleurs, son pourcentage au shoot prouve son intelligence dans les choix de jeu. Il culmine à près de 60% de réussite sur les 10 dernières rencontres, mais a surtout arrêté de prendre des tirs à 3 points où il affichait un triste 22% cette saison. Résultat : les Lakers restent sur un bilan de 11 victoires pour 5 défaites depuis le début du mois de février. Et ce, malgré l’absence de Brandon Ingram, meilleur scoreur de L.A cette saison.

Au Staples Center, les jeunes pousses de Los Angeles ont remporté 11 de leurs 12 dernières rencontres. Avec la grosse performance qu’ils ont réalisé face à Cleveland, ils ont sûrement envoyé un fort signal à LeBron James en vue de l’été prochain.